Cake salé roquefort, chutney de figues

15 janvier 2022 Laisser un commentaire

Dans les petits trous, il y avait des morceaux de figues, si, si !

Allez, comme on est plus à un apéro près, on va changer du foie gras et improviser un cake roquefort/chutney de figues.

Il me reste des pots de chutney préparés pour accompagner le foie gras, mais à la finale on le déguste nature parce que rien lui va si bien.

Le roquefort un peu fort, se marie bien avec l’acidité du chutney mais le cake sera délicieux en modifiant les goûts. On pourra par exemple marié du Saint Nectaire avec un chutney de tomates vertes. Et si vous n’avez pas de chutney, utiliser de la confiture et ajouter 1 c à s de vinaigre.

Cake salé fromage, chutney

  • 200 g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 4 œufs
  • 8 cl de vin blanc sec
  • 10 cl d’huile d’olive
  • 150 g de roquefort
  • 150 g de mozzarella
  • 3 c à s de chutney de figues
  • Poivre

Préchauffez le four à 160°

  1. Mélanger farine et levure chimique.
  2. Battre les œufs, l’huile d’olive et le vin blanc.
  3. Verser la farine petit à petit, battre jusqu’à ce que le mélange soit homogène.
  4. Découper la mozzarella et le roquefort en dés, ajouter à l’appareil ainsi que le chutney.
  5. Assaisonner en poivre, inutile de mettre du sel.
  6. Chemiser un moule (beurrer et fariner), verser la pâte. Laisser reposer 30 mn.
  7. Enfourner et cuire 45 mn.
  8. Vérifier la cuisson une lame de couteau doit ressortir propre.
  9. Laisser tiédir dans le moule pendant 15 minutes, démouler.
  10. Refroidir sur une grille.

Tarte chocolat, pâte au sarrasin

7 janvier 2022 Laisser un commentaire

Je ne sais plus très bien comment je suis arrivée chez Marcotte et cette recette de tarte au chocolat de Nicolas Paciello, chef pâtissier du Fouquet’s et de la pâtisserie Cinq Sens qui m’a tout de suite interpellé.

Cette tarte au chocolat fait partie de mes classiques depuis des années mais la pâte ne convient pas aux intolérants au gluten et pour fêter les 80 ans de mon papa il y en avait autour de la table (finalement non, puisque pour éviter un cluster, la fête a été annulée et on a fêté l’évènement en petit comité.

Franchement, intolérant ou pas, la pâte est un pur délice, croustillante en diable et l’alliance du sarrasin et du chocolat : une tuerie. J’ai trouvé que c’était une bonne idée d’ajouter du grué de cacao pour un croustillant et un apport de cacao supplémentaire mais c’est parfaitement facultatif.

Ne souhaitant réaliser qu’une tarte j’aurais pu diminuer les quantités de pâte mais étant adepte du sarrasin je me suis dit que je congèlerai l’excédent de pâte pour lui trouver une utilité ultérieure. Je vois bien une tarte au citron avec un lemon curd allégé, sans la meringue mais juste parsemé de copeaux de kasha et de chocolat blanc râpé.

Histoire de goûter avant d’emporter la tarte chez D&J, j’ai foncé quatre petits moules et congelé le reste de pâte. Avec cette quantité de ganache j’ai rempli un moule à fond amovible de 30 cm et étaler le reste sur les quatre petits fonds.

La pâte

  • 200 g de beurre
  • 100 g de sucre glace
  • 40 g de poudre d’amande
  • 1 pincée de sel fin
  • 85 g d’oeufs entiers (2 oeufs)
  • 340 g de farine de sarrasin
  1. Peser le beurre, couper en morceaux, laisser 30 mn à température ambiante.
  2. Dans le robot, à la feuille, crémer le beurre avec le sucre glace,
  3. Ajouter la poudre d’amandes et le sel.
  4. Battre les œufs pour les peser et ajouter en plusieurs fois quand le mélange est homogène
  5. Tamiser la farine et battre jusqu’à ce qu’une boule se forme.
  6. Étaler entre deux tapis, papiers cuisson ou feuilles guitare à 3mm d’épaisseur, réserver au réfrigérateur.
  7. Décoller un côté et foncer un moule à tarte.
  8. Garder le reste de pâte ou faire des tartelettes. Piquer les fonds
  9. Préchauffer le four à 165° chaleur tournante, cuire environ 15 mn, démouler ou décercler et poursuivre la cuisson 10/15 mn, en ajoutant sole dessous, jusqu’à ce que la pâte soit bien cuite. Laisser refroidir.

La ganache

  • 250 g de chocolat noir
  • 300 g de crème liquide entière
  • 50 g de miel d’acacia
  • 20 g de beurre doux
  1. Chauffer la crème et le miel au micro-ondes
  2. Fondre le chocolat au micro-ondes ou au bain-marie et verser la crème en plusieurs fois sur le chocolat. Émulsionner énergiquement du centre vers l’extérieur.
  3. Ajouter le beurre et lisser au mixer plongeant sans incorporer d’air. Refroidir

La finition

  • 50 g de chocolat pour chablonner les fonds de tarte
  • 40 g de sarrasin torréfié ou kasha
  • 20 g de grué de cacao (facultatif)
  • Une pincée de fleur de sel
  1. Torréfier éventuellement le sarrasin si vous n’avez pas trouvé de kasha.
  2. Fondre le chocolat, chablonner les fonds de tarte (passer le chocolat au pinceau).
  3. Parsemer de sarrasin et de grué.
  4. Couler la ganache refroidit mais encore liquide.
  5. Parsemer de grains de sarrasin et de grué lorsqu’elle commence à figer.
Catégories :7/ Desserts, Cuisine, Tartes

Truffes au chocolat et bonne année 2022

31 décembre 2021 1 commentaire

Voilà des années que je n’avais pas fait de truffes, tellement que je ne me souviens plus de la dernière fois. Il me restait des gavottes du croustillant pécan de mon dernier entremet et j’ai pensé que cela donnerait un peu de peps aux truffes et ça le fait carrément.

Je trouve que « truffe » pour cette fin d’année de « crotte » colle fort bien à cette dernière journée de 2021 puisque certains vont passer la fête du réveillon du jour de l’an :

  • En famille, cas contact depuis la soirée de Noël.
  • A deux, contaminés de dimanche dernier.
  • En couple, malades en attente du résultat du test.
  • JaimeTout sera au travail, avec sa gastro, en cuisine aux côtés de positifs.
  • Seul comme FilsAuLoin, cas contact depuis hier.
  • A 24, tous testés, mais je n’aurai pas confiance.
  • Avec deux copines langoustes, et les hôtes du gite.
  • Et nous, à 5 avec Naimerien, revenu de très très loin depuis son accident et ami et belle-fille.
Lire la suite…
Catégories :7/ Desserts, confiseries, Cuisine

Pastilla au confit de canard et foie gras

25 décembre 2021 3 commentaires

Pastilla au confit et foie gras, pistaches, raisins secs et pignons.

Cette recette a été réalisée pour notre Noël parisien de l’année dernière. J’avoue la découpe n’est pas très facile mais quel goût et pour le réveillon du Nouvel An que la prudence engage à passer en petits comités, vos invités ne regretteront pas d’être venus.

Lire la suite…

Bûche insert mousse framboises, mousse au chocolat blanc, biscuit pain de Gênes, croustillant amandes et pistaches

18 décembre 2021 Laisser un commentaire

J’avais envie de tester le pain de Gênes, ce qui m’a également donné l’occasion de faire la pâte d’amandes. Et puis j’ai modifié, ma recette de mousse framboise en la complexifiant avec une meringue italienne parce que j’ai trouvé une belle recette chez « empreintes sucrées« . Je lui ai aussi piqué la recette du glaçage au chocolat blanc, j’ai dû en tester déjà 5 ou 6, sans être vraiment satisfaite du résultat, notamment celui avec du lait nestlé que j’ai trouvé trop collant et faisant des fils pas très esthétiques à la découpe. Il donne aussi la recette pour réaliser le glaçage velours et ça je note parce que c’est trop beau, dés que j’ai investi dans un pistolet à peinture dédié parce que j’en ai bien un au garage mais il a déjà servi pour repeindre des murs.

Pour la réalisation de bûches, il ne faut pas se laisser rebuter par la relative longueur des recettes, nous sommes d’accord qu’il faudra plus de temps pour la faire que si on se décide pour un cake ou une tarte aux pommes, encore que !

Bref, en s’y prenant à l’avance et en réalisant les préparations dans l’ordre il vous faudra :

– 45 mn pour la mousse framboises,

– 30 mn pour le pain de gênes + 15 mn si vous faites la pâte d’amandes la veille,

– 1 h 15 pour le croustillant, le bavarois au chocolat blanc et le montage.

– Restera 15 mn pour réaliser le glaçage, la veille du service,

– et 15 mn pour le couler sur la bûche encore glacée.

Après il n’y a plus qu’à attendre 4 h qu’elle finisse de décongeler. Et on ne pense pas en combien de temps elle va être engloutie pour se concentrer sur les Hum ! Que C’est bon ! Mais comment tu fais un truc pareil ! T’es trop forte !

Parce que le bonheur il est double, pendant la préparation, à peser, mesurer, réfléchir, chercher, douter, trouver la solution et pendant la dégustation, pas la nôtre, celle de nos convives

Avec ces quantités vous obtiendrez une bûche de ?? x XX et un moule à cake de et quelques restes. La bûche avec le glaçage n’a pas été photographié, j’ai simplement décoré celle-ci avec du chocolat tempéré et mis en forme sur du papier guitare.

MOUSSE FRAMBOISES

Le coulis

  • 500 g + 100 g de framboises surgelées
  • 70 g de sucre en poudre
  • 1 c à s de jus de citron
  • 7 g de gélatine
  1. Décongeler les framboises.
  2. Faire tremper la gélatine dans de l’eau froide (10 mn)
  3. Peser 500 g de framboises, réserver 100 g entières.
  4. Porter à ébullition les 500 g, 1 mn avec le sucre et le citron.
  5. Mixer puis passer au tamis. Il devrait rester 370 g de coulis.
La meringue italienne

  • 33 g d’eau
  • 100 g de sucre
  • 50 g de blanc d’oeuf
  1. Verser l’eau et le sucre dans une petite casserole, cuire jusqu’à 121°C.
  2. Dans le même temps, commencer à monter les blancs d’œuf au fouet jusqu’à qu’ils soient mousseux (au robot ou au fouet).
  3. Quand le sucre est cuit, verser lentement sur les blancs en continuant à fouetter.
  4. « Quand la meringue italienne est bien ferme, soit vous continuez à fouetter jusqu’à ce qu’elle soit à température ambiante, soit vous la placez au réfrigérateur en remuant de temps en temps pour aller plus vite« . (Astuce de « Empreintes sucrées« )
La crème fouettée
  • 370 de crème liquide à 30%
  1. Monter la crème bien froide, pas trop ferme.
Montage
  1. Faire chauffer 3 c à s de coulis de framboises pour faire fondre la gélatine, bien mélanger puis verser dans le coulis.
  2. Mélangez rapidement à l’aide d’un fouet pour bien incorporer la gélatine.
  3. Ajouter la moitié de la meringue italienne, mélanger délicatement à l’aide d’un fouet.
  4. Ajouter et fouetter ensuite la moitié de la crème montée
  5. Faire de même avec le reste de meringue et terminer avec le reste de crème.
  6. Répartir  la mousse de framboises dans les moules, insérer des framboises entières dans la mousse.
  7. Etaler en une couche uniforme dans l’insert et réserver au congélateur 2 h.

PAIN DE GÊNES

Recette Mercotte Pour une plaque de 30 x 40 cm

  • 250 g de pâte d’amande maison
  • 250 g d’oeufs
  • 50 g de beurre
  • 45 g de farine
  • 8 g de fécule
  • 3 g de levure chimique

Préchauffer le four à 180°

  1. Tiédir la pâte d’amande au micro-ondes pour l’assouplir.
  2. Au fouet, battre la pâte d’amande à vitesse moyenne avec 1/4 des oeufs.
  3. Ajouter progressivement les oeufs et monter jusqu’à former un ruban et que le mélange soit refroidi
  4. Faire fondre le beurre.
  5. Mélanger un peu de pâte au beurre fondu chaud.  
  6. Tamiser la farine, la fécule et la levure et incorporer délicatement dans la pâte à la maryse.
  7. Ajouter le mélange beurre fondu. Couler sur une plaque recouverte de papier sulfurisé ou tapis de cuisson.
  8. Enfourner, cuire 20 min environ, le biscuit doit être doré et ferme sous le doigt.

CROUSTILLANT AUX AMANDES ET PISTACHES

  • 100 g d’amandes
  • 50 g de pistaches
  • 10 g de beurre
  • 40 g de chocolat blanc
  • 70 g de biscuits Gavottes
  • 15 g de pistaches concassées
  1. Torréfier les amandes et les pistaches séparément. Réserver les 15 g de pistaches. 
  2. Mixez amandes et pistaches jusqu’à obtenir une pâte. Ajouter 1 c à c d’huile d’arachide si besoin.
  3. Fondre le beurre et le chocolat blanc, ajouter la pâte d’amandes et de pistaches ainsi que les pistaches concassées.
  4. Émietter les Gavottes entre vos mains et les ajouter à la préparation.
  5. Mélanger. Répartir aussitôt le mélange sur le pain de Gênes.
  6. Placer le biscuit recouvert de croustillant aux amandes au congélateur.

MOUSSE BAVAROISE AU CHOCOLAT BLANC

  • 6 g de gélatine
  • 30 cl de crème fraiche liquide à 30 %
  • 20 cl de lait demi-écrémé
  • 40 g de sucre en poudre
  • 3 jaunes d’oeufs
  • 180 g de chocolat blanc pâtissier
  1. Réfrigérer la crème liquide.
  2. Faire tremper la gélatine dans de l’eau froide (10 mn).
  3. Mettre à tiédir le lait.
  4. Fouetter les jaunes et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse
  5. Ajouter le lait tiédi en filet sur les jaunes, remettre sur feu doux et laisser épaissir sans cesser de mélanger (la crème anglaise doit napper la cuillère).
  6. Faire fondre le chocolat au micro ondes, à puissance moyenne (500 w maxi).
  7. Hors du feu incorporer le chocolat, mélanger pour obtenir un mélange bien lisse.
  8. Ajouter les feuilles de gélatine essorées, mélanger avec soin et laisser refroidir.
  9. Fouetter la crème, pas trop ferme.
  10. Incorporer la crème fouettée à la crème anglaise chocolatée, en plusieurs fois et délicatement à la maryse.
  11. Napper le fond de votre moule à bûche en remontant sur les côtés.
  12. Démouler et enfoncer l’insert framboises. Recouvrir de mousse au chocolat blanc.

GLAÇAGE MIROIR BLANC

  • 150 g de sucre en poudre
  • 150 g de glucose en sirop
  • 75 g d’eau
  • 100 g de crème à 30% de MG (ou de lait concentré)
  • 150 g de chocolat blanc
  • 9 g de gélatine 200 blooms (poudre ou feuilles)
  1. Mettez la gélatine à tremper dans un grand bol d’eau froide (si vous utilisez de la gélatine en poudre il faut ajouter 6 fois son poids en eau, pas plus !).
  2. Versez l’eau, le sucre et le glucose dans une casserole et portez à ébullition à 103°C.
  3. Dans un verre doseur, versez la crème, le chocolat blanc et la gélatine préalablement égouttée.
  4. Versez le sirop par dessus.
  5. Si vous le souhaitez, ajoutez le colorant en poudre de votre choix. En général 2 à 3 g suffisent, mais cela dépend de votre colorant et de la couleur que vous désirez obtenir.
  6. Mixez à l’aide d’un mixeur plongeant en évitant d’incorporer de l’air.
  7. Si votre mixeur a une petite cloche de protection il faut le pencher le plus possible pour qu’il n’emprisonne pas d’air. Ne remontez jamais votre mixeur quand il tourne, toujours pour éviter d’incorporer des bulles d’air.

Conseils d’Empreintes sucrées

Utilisez votre glaçage entre 30°C et 35°C.

Si vous devez le réchauffer, faites-le au bain-marie et évitez qu’il ne dépasse les 40°C, si il n’est pas fluide à cette température vous pouvez passer un petit coup de mixeur plongeant (en faisant toujours attention aux bulles d’air).

Quand il a la bonne température : sortez votre entremets du congélateur en veillant à ce qu’il n’y ait pas de givre sur la mousse et posez-le sur une grille, elle-même sur un plat ou une casserole qui servira a récupérer l’excédent de glaçage.

Versez généreusement le glaçage de façon continue et rapide pour napper tout l’entremets.

S’il est plat sur le dessus (comme le mien) passez rapidement et immédiatement, avant qu’il ne commence à figer, un coup de spatule pour enlever l’excédent de glaçage. Ce n’est pas une opération très évidente, mais si vous ne le faites pas vous allez avoir beaucoup trop de glaçage sur le dessus de votre entremets et ce ne sera pas très agréable à la dégustation.

Il est plus facile d’utiliser des moules qui ne sont pas plats comme le magia del tempo de Silikomart. Ainsi le glaçage coulera tout seul sur l’entremets, sans avoir à passer le coup de spatule fatidique.

Glissez une spatule sous l’entremets puis faites-le glisser sur la grille pour coupez le glaçage qui coule et déposez-le sur votre plat.

Une fois glacé, vous pouvez replacer votre entremets au congélateur si vous le souhaitez, ou le laisser décongeler au réfrigérateur.

Sachez enfin que ce glaçage sera toujours plus clair une fois totalement refroidi, c’est ce qui explique la différence de couleur entre le glaçage d’un jaune pâle et l’entremets finalement ivoire.

 

Riz à l’indienne, façon Kitchari

12 décembre 2021 Laisser un commentaire

Vu chez Scally, pour des précisions lire l’article de Clémence Clatz.

J’avais un reste de légumes poireaux et carottes que j’ai intégré et qui ne faisait pas partie de la recette originale mais franchement ça apporte un plus.

Entre parenthèse, les ingrédients facultatifs ou ceux qu’on peut intégrer.

Riz et lentilles à l’indienne, Kitchari

Pour 6 personnes

  • 150 g riz basmati
  • 150 de lentilles corail (lentilles moong dal)
  • 450 ml d’eau
  • 1 c à s d’huile végétale
  • 1,5 c à café de graines de cumin
  • 1,5 c à café de cumin moulu
  • 1,5 c à café de coriandre moulue
  • 1,5 c à c à café de curcuma
  • 1,5 c à c bombée de gingembre frais pelé et râpé
  • (1 c. à café de graines de moutarde)
  • 1 oignon
  • 1 blanc de poireau
  • 2 carottes
  • 1 c à c de fond de veau
  • 15 cl d’eau
  • ½ bouquet de coriandre
  • (1 à 2 citrons verts ou jaunes)
  • Sel, poivre, piment en paillettes
  1. Rincer le riz et les lentilles dans une passoire.
  2. Eplucher, laver et ciseler l’oignon.
  3. Laver, couper en rondelles le poireau.
  4. Eplucher, laver et couper en rondelles les carottes.
  5. Suer l’oignon et le poireau dans un wok avec un peu de beurre.
  6. Ajouter les carottes et le fond dilué dans l’eau, couvrir et cuire doucement. Réserver
  7. Torréfier les graines de cumin dans le wok, puis ajouter toutes les épices (sauf la coriandre).
  8. Mélanger, ajouter 2 ou 3 cuillères à soupe d’eau pour former une pâte, laisser évaporer.
  9. Ajouter le riz, les lentilles et les légumes, mélanger. Saler, poivrer, pimenter.
  10. Ajouter l’eau, porter à ébullition, baisser le feu, couvrir, cuire 15 mn sans ouvrir le wok.
  11. Couper le feu, laisser reposer 10 mn sans ouvrir.
  12. Goûter. Si le riz ou les lentilles ne sont pas assez cuits, ajouter un peu plus d’eau et remettre cuire quelques minutes.

Servir avec des quartiers de citron et la coriandre ciselée.

Le citron va apporter un chouette équilibre à ce plat, ne le zappez pas.

Catégories :5/ Plat unique, Cuisine, Légumes

Magret au miel et gingembre, poires pochées au vin blanc et épices douces

5 décembre 2021 2 commentaires

La quantité de vin blanc dépendra de la taille de votre casserole, plus les poires seront serrées moins il faudra de vin blanc. Si un peu de poire affleure du vin blanc, pas d’inquiétude elle cuira parfaitement bien.

L’alliance épices/magret et poires est éprouvée et approuvée sauf si vous avez un réfractaire au sucré/salé, quoi que on est pas à l’abri d’une bonne surprise.

Ici, accompagné d’endives braisées mais vous pouvez envisager des petites pommes de terre au four, un gratin dauphinois, des haricots plats…

Un plat qui ne déméritera pas sur la table des fêtes.

Pour 2/3 personnes

Le magret

  • 1 magret
  • 1 cm de gingembre
  • 5 cl de vin blanc
  • 10 cl de jus d’orange
  • Sel, poivre
  1. Parer, quadriller le magret et saler, poivrer sur les deux faces.
  2. Poêler coté peau dans une poêle bien chaude.
  3. Eplucher et ciseler finement le gingembre.
  4. Dégraisser la poêle et ajouter le gingembre
  5. Déglacer avec 5 cl de vin blanc puis le jus d’orange.
  6. Enfourner à four chaud 90°, cuire env. 30 mn.
  7. 65° pour un magret rosé,
  8. Reposer à couvert hors du four, 5 mn.
  9. Réduire la sauce à feu vif pendant la découpe du magret.

Les poires pochées au vin blanc

  • 3 poires
  • 50 à 75 cl de vin blanc
  • 1,5 c à s de miel
  • 2 étoiles de badiane
  • 4 gousses de cardamome
  1. Eplucher les poires
  2. Chauffer le vin avec le sucre et les épices
  3. Plonger les poires dans le vin.
  4. Couvrir, cuire 20 mn à petite ébullition.
  5. A couvert, laisser tiédir dans la casserole.
  6. Egoutter, réchauffer pour servir.
Catégories :Canard, Cuisine, Récap Fétes

Jjimdak, poulet aux légumes, plat coréen

26 novembre 2021 Laisser un commentaire

Je vous invite à lire le détail et l’origine de ce plat chez Macaronette.

Pour ma part, je ne suis jamais allée encore en Corée et j’ai pris quelques libertés avec la recette parce que quand j’ai vu la photo l’envie était trop forte et le temps manquait pour faire un réassort à Paristore.

Lire la suite…
Catégories :Cuisine

Brioche Butchy, brioche allemande à la crème

19 novembre 2021 2 commentaires

Depuis la dernière coupe du monde, lorsque nous nous réunissons pour voir les matchs de foot importants, nous cuisinons une spécialité de l’équipe adverse à la France.

Enfin, quand je dis nous, il s’agit surtout de mon amie et moi, les autres se contentent de dévorer en surveillant l’heure ; en jetant un coup d’œil à la télé allumée en sourdine et commence à vibrer dés qu’un crampon apparaît à l’écran. Si le dessert n’est pas servi avant les hymnes, on assiste à la désertification autour de la table au profit des canapés, la suite attendra la mi-temps.

Lire la suite…
Catégories :Cuisine

Confiture de tomates vertes, poires et pommes

12 novembre 2021 Laisser un commentaire

Sur les conseils de l’ami qui m’a donné les tomates de son jardin, j’avais prévu seulement des poires mais comme j’avais quatre kilos de tomates je me suis dit que je testerai bien également un chutney.

Prise dans la découpe, l’épluchage, les pesées, les gamelles, je me suis trompée de saladiers et j’ai mélangé les dés de pomme dans celui prévu pour la confiture au lieu du chutney il y a donc des pommes, c’est bien aussi.

La confiture

  • 2,5 kg de tomates vertes
  • 1,2 kg de poires
  • 2 pommes
  • Le jus d’un citron
  • 1 trait de vanille liquide
  • 1,3 kg de sucre
  • Laver, ôter l’opercule et couper les tomates en petits dés.
  • Éplucher, épépiner, couper en dés poires et pommes.
  • Verser les fruits dans une bassine à confiture ou un faitout avec le jus de citron, la vanille et le sucre.
  • Laisser macérer 12 h.
  • Cuire à petite ébullition, 40 à 50 mn. écumer régulièrement.
  • Verser dans des pots stérilisés, fermer et retourner les pots.
%d blogueurs aiment cette page :