Risotto aux cèpes et potimarron

27 novembre 2020 Laisser un commentaire

Il nous aura fallu attendre novembre pour enfin trouver des cèpes, alors que mon article « Les cèpes sans perte » cartonne et nous enragions avec Namour de ne pas pouvoir en déguster des frais cette année.

Pendant les vacances de la Toussaint chez mon père, Namour avait triomphalement ramené des cèpes du marché d’Issoire et nous nous en étions mis une ventrée tout simplement poêlés avec un léger beurre d’ail, ils étaient magnifiques.

Après acheté mes trois kilos au marché de l’Isle Jourdain, une nouvelle recette s’imposait. Pour mon risotto, j’avais gardé les pieds précuits dans une boîte deux jours au réfrigérateur sans aucun problème.

Risotto aux cèpes et potimarron

  • 300 g de riz arborio
  • 200 g de cèpes
  • 1/2 potimarron 
  • 1 oignon
  • 450 g de bouillon
  • Muscade, paprika
  • Huile d’olive
  • 10 g de beurre d’ail
  • Sel, poivre

Préchauffer le four à 180°

  1. Peler, épépiner et couper en tranches épaisses la moitié du potimarron.
  2. Huiler légèrement et parsemer d’épices.
  3. Cuire 30 à 40 mn jusqu’à ce que les tranches soient tendres.
  4. Couper en cubes lorsqu’elles ont tiédies.
  5. Eplucher, laver et suer l’oignon dans un peu d’huile.
  6. Ajouter et nacrer le riz, arroser avec le bouillon.
  7. Porter à ébullition, couvrir et cuire 12 mn à feu doux.
  8. Laisser à couvert 10 mn, remuer et mélanger le potimarron, rectifier l’assaisonnement.
  9. Chauffer une poêle à feu vif, graisser très légèrement, sauter les pieds de cèpes.

Pâtes sauce citron, cèpes et légumes confits au four

22 novembre 2020 Laisser un commentaire

Tellement contente de trouver enfin des cèpes que j’en ai acheté un cageot entier, une affaire à quinze euros le kilo. Les recettes de la semaine étaient donc toutes sous le signe du cèpe… cèpes poêlés au beurre d’ail, omelette aux cèpes, risotto aux cèpes, pâte aux cèpes, vas-y le cèpe dans tout ses états !

Trois kilos, mine de rien ça en fait du cèpe, je les ai donc nettoyés et précuits façon « cèpes sans perte« , puis emballés à plat dans des sachets avant de les mettre au congélateur. Le vendeur m’avait indiqué de les sortir et de les cuire sans décongélation, merci monsieur, une astuce qui a parfaitement fonctionné.

Les pâtes au citron à l’italienne vues chez « Un déjeuner de soleil » m’avait semblé bien appétissantes, le froid et l’automne s’installant doucement même s’il fait encore doux pour la saison.

L’été indien se prolongeant largement, j’ai acheté les dernières belles tomates mais personne n’ayant envie de salade je les ai confites au four.

Les pâtes utilisées ici, sont des spaghettis au quinoa et à la tomate, d’où la couleur rouge mais bien sûr vous pouvez cuire des spaghettis classiques au blé.

Légumes confits au four

Préchauffer le four à 150°

  • 1 ou 2 tomates
  • 4 carottes
  • 1 aubergine
  • Huile d’olive à l’ail
  • Herbes de Provence
  • Sel, poivre
  1. Couper les tomates en quartier, disposer dans un plat allant au four, arroser d’huile d’olive à l’ail, parsemer d’herbes, de sel et de poivre..
  2. Couper une aubergine en tranches épaisses.
  3. Eplucher, laver et couper les carottes.
  4. Déposer sur une plaque, quadriller au couteau, assaisonner comme les tomates.
  5. Enfourner tous les légumes pour une heure.

Pâtes au citron

  • 300 g de pâtes (spaghettis)
  • 60 g de beurre
  • 2 citrons zestés
  • Le jus d’1 citron
  • 20 cl de crème légère
  • Fleur de sel
  • Poivre
  1. Faire bouillir de l’eau, jeter une cuillère à café de gros sel.
  2. Ajouter les pâtes et cuire al dente.
  3. Egoutter sommairement.
  4. Chauffer le beurre dans une grande poêle.
  5. Zester les citrons au-dessus de la poêle.
  6. Lorsque le beurre est mousseux, ajouter le jus de citron puis la crème.
  7. Saler, poivrer, ajouter les pâtes et mélanger pour enrober les pâtes.
  8. Servir accompagné des légumes.

Bœuf wagyu, type Kobé

13 novembre 2020 1 commentaire

Attention article n’ayant plus cours puisque les restaurants sont fermés mais, mais, mais, je pense que la boucherie à côté est ouverte et propose cette viande au goût extraordinaire.

Je croise notre ancien boucher et ami, celui juste en dessous de chez nous, avec qui j’échangeais secrets, recettes et petits plats mais qui a eu la mauvaise idée (pour moi) de déménager un peu plus loin et qui depuis a vendu pour ouvrir une boucherie à Plaisance du Touch.

Lors de notre rencontre, il nous invite à l’ouverture de son nouveau commerce (mi-juin 2020 au sortir du premier confinement et avant le deuxième), un restaurant de viande où il me vante servir de la viande de boeuf wagyu, type Kobé (appellation très protégée). Tu penses s’il m’allèche, avec ses descriptions. Donc, l’occasion était trop belle de goûter enfin cette viande rare et hors de prix.

Pour comprendre pourquoi j’utilise le terme viande de boeuf Wagyu type Kobé, je vous enjoins de lire l’excellent article des « Carnets de Normann« .

Nous avons été reçu comme des princes, servis royalement et pour ne rien perdre j’ai fait précieusement emballé nos restes. Tout ce bon gras, je l’ai découpé et congelé et je le ressors pour parfumer pommes de terre sautées, fond de sauce, ou autres plats, ça embaume et quel goût !

Si vous n’avez pas d’ami restaurateur qui emballe vos restes ou si The 8 est trop loin, on en trouve chez certains bouchers ou sur internet.

Fond au boeuf Wagyu

  1. Préparer une garniture aromatique, bouquet garni, carotte, céleri, poireau, suer dans le gras du boeuf, couvrir d’eau,
  2. Laisser mijoter 30 à 45 mn.
  3. Filtrer.
  4. Conserver au congélateur.
  5. On peut laisser réduire encore pour concentrer le goût et s’en servir comme fond de sauce.

 

Pommes de terre sautées au goût de boeuf Wagyu, type Kobé

  • 1 morceau de gras de boeuf Wagyu
  • Des pommes de terre
  • Sel, poivre
  1. Faire fondre le gras dans la poêle.
  2. Eplucher, laver, couper les pommes terres.
  3. Sauter jusqu’à ce que les pdt soient tendres et bien dorées.
  4. Assaisonner, servir aussitôt.

 

Pain d’épices de Dijon

6 novembre 2020 Laisser un commentaire

Le texte et la recette ci-dessous ont été écrits lors du premier confinement, nous sommes en novembre, avec encore plus de questions que de réponses, je crois que je vais refaire un pain d’épices.

15 mars 2020 : Alors que les annonces de fermeture des écoles venaient de tomber et que les questions demeuraient plus nombreuses que les réponses sur l’organisation de la continuité pédagogique, nous trainassions devant la télé un samedi après-midi, oui parce que le reste de la semaine c’était télétravail à fond. Fait plutôt rarissime puisque ce beau jour est souvent réservé au ménage, courses, préparation des repas du week-end et du début de semaine. Mais, comme tout est bouleversé et que nous ne voulions pas nous affliger plus que nécessaire devant les rayons archi vides de notre mini supermarché d’à côté et sur la bêtise humaine, histoire d’avoir encore un peu foi en nos prochains, nous profitions des délices des carnets de Julie. Elle nous emmenait avec bonheur en Bourgogne et ses produits charcutiers ; jambon persillé, pâté en croûte et ses pâtisseries, nonnettes et autres pains d’épices dont le fameux pain d’épices de la maison « Mulot et Petit Jean ».

Dijon étant un peu loin de Toulouse surtout en période où les déplacements sont limités, ni une ni deux, et après un petit tour sur internet pour trouver une recette, j’étais en cuisine dés la fin de l’émission parce que le pain d’épices ça réconforte et on en a tous bien besoin.

Je n’ai pas eu à chercher longtemps, en tapant « pain d’épices de Dijon » on trouve rapidement la recette de La cuisine de Fabrice avec une photo dont la texture était bien attrayante. Le résultat est à la hauteur de ce que nous espérions, aromatique, aéré, moelleux et pas trop sucré. Grillé et tartiné de beurre aux cristaux de sel, je ne vous dis que ça !

Pain d’épices de Dijon

  • 300 g de farine de blé
  • 80 g de sucre
  • 1 c à c de bicarbonate de soude
  • 1 c à c de levure chimique
  • 1 c à c de 4 épices
  • 1 c à c de cannelle
  • 1 c à c de cardamome
  • ½ c à c de gingembre en poudre
  • 200 g de miel
  • 80 g de beurre
  • 1 œuf
  • 125 ml de lait
  1. Mélanger tous les ingrédients secs : farine, sucre, bicarbonate, levure et épices.
  2. Faire fondre le beurre et mélanger au fouet avec le lait, le miel, l’œuf.
  3. Verser dessus au fur et à mesure les ingrédients secs et pétrir pour obtenir une pâte homogène.
  4. Verser dans un moule à cake beurré et fariné.
  5. Cuire au four à 180 °C pendant 45 minutes. Vérifier la cuisson avec la pointe d’un couteau.

Catégories :7/ Desserts, Cuisine, Goûter

Légumes farcis au four, contrôle technique et risotto aux poivrons

23 octobre 2020 2 commentaires

J’avais envie de satisfaire mon amie (et son compagnon) qui venait déjeuner dimanche en lui demandant ce qui lui ferait plaisir, vu qu’elle est en période sans alcool et nourriture légère et saine autant cuisiner un plat qui la rendrait heureuse.

Nous avions pris date il y a quinze jours de cela et bien nous en a pris de décider de nous voir un dimanche midi puisqu’ils sont à une heure de route, cela nous laissait le temps de refaire le monde autour d’un excellent vin choisi par ses soins « Domaine de Courbissac, Les Traverses, AOP Minervoi » et celui de rentrer avant le couvre feu.

Cerise sur le gâteau (qui était un pastis landais), son compagnon a regardé les petits problèmes de ma vieille voiture qui n’a pas eu 20/20 au dernier contrôle technique ce qui a failli me coûter cher en début de semaine quand je me suis faite contrôler par les CRS avec seulement sur moi ma carte de sécurité sociale mais sans permis, sans papier de la voiture et avec une contre visite de contrôle technique obsolète (un mois) et la « petite dame » roulait trop vite, en plus, la loose ou comment perdre une heure !

Vu de l’esprit pour la vitesse, monsieur l’agent CRS, je venais de prendre un rond point avec une voiture qui a vingt ans et je devais être à fond de seconde à 35km/h mais l’un des fonctionnaires devait militer pour les femmes aux fourneaux plutôt qu’au volant. Bref, on a appelé Namour à la rescousse pour avoir les papiers et prouvé que non je ne roulais pas sans permis, et qu’hormis un phare mal réglé et un clignotant de côté défectueux je n’étais pas une grande délinquante de la route. A mon avis, ils s’emmerdaient aux Izards, les choufeurs faisaient la sieste, le gérant était au frais et la came bien planquée dans les caves, la petite dame et sa voiture pourrie était parfaite pour passer le temps.

Tant mieux je les ai bien occupés à chercher mon nom d’épouse dans la base alors que mon permis est à mon nom de jeune fille, visiblement les fichiers ne sont pas si à jour que ça puisqu’ils ne m’ont pas trouvé mais ils m’ont détrompé, moi qui pensait que cela pourrait me dispenser de payer mes impôts.

Sinon pour les légumes farcis, il était temps puisqu’on est en toute fin de saison. J’ai réussi à choper les dernières aubergines, poivrons et tomates au magasin bio mais impossible de trouver des courgettes rondes, je me suis donc rabattue sur des longues, c’est moins joli mais ça marche aussi. J’aurais bien réalisé des oignons blancs mais je n’avais que deux heures pour faire le repas et pas envie de me farcir les oignons.

Légumes farcis au four

Pour 8 personnes

  • 2 courgettes longues (ou 8 petites courgettes rondes)
  • 8 petits poivrons
  • 4 petites aubergines
  • 8 tomates moyennes ou 4 grosses à couper en deux
  • 600 g de farce au porc
  • 300 g de jambon
  • 400 de veau
  • 3 oeufs
  • 4 tranches de pain de mie
  • 3 c à s de lait
  • 2 oignons
  • 4 gousses d’ail
  • 1 bouquet de persil
  • 1 bouquet de basilic
  • Chapelure
  • Sel, poivre, herbes de Provence

Les légumes

  1. Faire bouillir de l’eau salée, couper les courgettes en deux (dans la longueur), ébouillanter 10 mn.
  2. Egoutter et laisser tiédir. Couper en deux et évider à l’aide d’une petite cuillère. Réserver la chair.
  3. Couper la tête des poivrons et épépiner.
  4. Couper la tête des tomates et évider. Réserver la chair.
  5. Couper les aubergines en deux, évider. Réserver la chair.

 

La farce

  1. Couper la croûte du pain de mie, découper en morceaux et faire tremper dans le lait.
  2. Parer et hacher le veau et le jambon, et la chair à saucisse pour avoir la même texture.
  3. Eplucher, laver, ciseler les oignons, suer dans un peu de beurre.
  4. Ajouter les viandes, poivre et herbes de Provence, saler si nécessaire, cuire 5 mn.
  5. Hacher la chair des légumes (courgettes et aubergines) et ajouter ainsi que la chair des tomates et faire cuire avec la viande un petit quart d’heure.
  6. Ciseler le persil et le basilic.
  7. Laisser tiédir et repasser au hachoir en ajoutant, le pain de mie, l’ail, le persil et le basilic.
  8. Mélanger bien avec les oeufs, rectifier l’assaisonnement si nécessaire.

Finition et cuisson

Préchauffer le four à 180°

  1. Huiler un plat à gratin, parsemer de fleur de sel et de quelques grains de riz pour absorber l’excès d’humidité.
  2. Disposer les tomates et les courgettes évidées.
  3. Dans un autre plat, disposer aubergines et poivrons.
  4. Remplir tous les légumes de farce, tasser, ne pas hésiter à laisser un léger bombé.
  5. Parsemer de chapelure.
  6. Enfourner, cuire 1 h à 1 h 15. Inverser les plats en cours de cuisson pour dorer la chapelure.

 Risotto aux poivrons

  • 2 belles échalotes
  • Les couvercles des poivrons et des tomates
  • 15 g de beurre
  • 10 cl de vin blanc
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • 1 bouillon de cube « Pâtes et riz » ou autre
  • 50 cl d’eau
  • Poivre, piment d’Espelette
  1. Ciseler les couvercles des poivrons et des tomates et les échalotes.
  2. Suer le tout dans le beurre.
  3. Ajouter le riz et l’huile d’olive, nacrer.
  4. Ajouter le vin blanc, laisser absorber.
  5. Emietter le cube saveur et verser l’eau.
  6. Porter à ébullition, baisser la source de chaleur, couvrir, cuire 12 mn. 
  7. Laisser reposer 10 mn.

#Je défends la liberté d’expression

18 octobre 2020 1 commentaire

Mortadelle faite maison ou cachir à l’algérienne

16 octobre 2020 Laisser un commentaire

D’après une recette de cachir de Mes inspirations culinaires qui propose toujours de belles recettes justement très inspirantes.

Et je dédie cette recette à mon nouveau collègue s’il passe par là, voilà une belle idée, tu m’en diras des nouvelles.

Une charcuterie facile à réaliser et avec des variations infinies d’épices, d’olives vertes ou noires, en y ajoutant des fruits secs pistaches, noisettes… amusez-vous !

Mortadelle ou cachir

Pour 5 ou 6 rouleaux

  • 600 g de veau (ou poulet ou dinde) haché 
  • 180 g de semoule fine
  • 1 boule de Mozarella
  • 2 c à s de fromage frais de chèvre
  • 4 œufs
  • 10 cl d’huile
  • 2 gousses d’ail
  • Sauce Shiracha ou piment
  • 1 cuillère a soupe de  Ras el Hanout 
  • 1 cuillère a café de paprika
  • 1 cuillère a café  de cumin
  • Sel
  • Poivre
  • 100 g d’olives vertes entières dénoyautées
  1. Parer et couper la viande en cubes.
  2. Mettre tous les ingrédients dans le mixeur.
  3. Mixer le tout pour avoir un mélange lisse et homogène.
  4. Séparer en 5 ou 6 parts.
  5. Déposer la pâte au centre d’un film alimentaire, rouler pour former un boudin.
  6. Rouler dans un deuxième puis dans du papier aluminium.
    Deux cuissons possible :
  7. Cuire 20 à 25 min environ au bain-marie dans un four préchauffé à 180°C.  La mortadelle est cuite lorsqu’elle devient dure au toucher.
  8. Laisser refroidir.
  9. Déballer, et emballer dans un papier sulfurisé. Réfrigérer.
  10. Se garde une semaine au frais.

Veau au citron et noix de cajou

9 octobre 2020 Laisser un commentaire

 

J’avais prévu de faire un poulet thaï et noix de cajou que j’avais vu sur le site « Toute la thaïlande » mais Naimerien, qui y a séjourné jusqu’à la mi-juin pour devenir moniteur de tourisme, est intolérant au poulet et puis Namour a suggéré une blanquette. Lire la suite…

Catégories :3/ Plats de viande, Cuisine, Veau

Joue de boeuf au vin rouge

2 octobre 2020 1 commentaire

Après une fondue bourguignonne au vin en lieu et place de la cuisson à huile, il reste entre 50 et 75 cl d’excellentes marinades au vin rouge.

Pas question de laisser perdre cette belle base aromatique et comme souvent c’est l’occasion qui fait le larron, ou l’étal du boucher qui donne l’idée à la cuisinière, impossible de laisser passer ces belles joues de boeuf que je n’avais même pas eu besoin de commander. Lire la suite…

Gaufres comme à Liège

25 septembre 2020 2 commentaires

Après les gaufres salées aux légumes, en dessert des gaufres comme à liège. Juste un prétexte pour publier une recette réconfortante ce week-end.

Moi, je les aime nature, épaisse et craquante, j’ai fait au mieux avec ma machine à gaufres qui n’est pas spécialisée dans la gaufre de liège mais le résultat était comme attendu, léger et croustillant.

Et puisqu’on fait dans le léger ça colle au protocole du ministre de l’éducation nationale mais tout va bien :

Lire la suite…

%d blogueurs aiment cette page :