Accueil > 7/ Desserts, Cuisine, Verrines sucrées, salées > Panna cotta citron, rhubarb curd

Panna cotta citron, rhubarb curd

Le curd, c’est comme la panacotta quand t’as commencé, tu ne peux plus t’arrêter et tu déclines à l’infini ces deux recettes et même tu peux les marier entre elles. Parfois, les choses simples font paraître plus belle la vie (tiens, vous aviez pas un soap en métropole qui s’appelait comme ça ?).

J’utilise une recette de curd sans beurre, bien que celle avec beurre m’attire énormément mais mon taux de cholestérol, que je cultive allègrement avec tout plein de recettes déconseillées, m’interdit d’en coller partout, déjà qu’il est difficile de se passer d’oeufs, alors j’alterne.

Au sujet du cholestérol, ma bonne conscience me fait dire, comme je viens d’arrêter de fumer, que je vais, d’ici trois ans (tenir, tenir), diminuer mon risque d’accident cardio-vasculaire. On parle beaucoup du taux de mortalité en augmentation chez les femmes qui pour une fois viennent de battre les hommes, triste record du cancer du poumon. Amie fumeuse, serrons-nous les coudes, non, je ne fais pas partie de la nouvelle secte insupportable des anciennes adictes jetant la pierre à celles qui sont encore accro. Mais les filles, il est peut-être temps, de profiter de l’occasion, pour envisager une tentative d’arrêt et puis ça motive pour continuer à arrêter. Je suis bien placée pour savoir que c’est plus facile à dire qu’à faire. D’ailleurs à l’heure où je vous parle, ordi, cigarette, un mauvais réflexe à perdre, je vous jure que j’arrive à réfléchir  sans en griller une. En fait, le plus dur n’étant pas de réfléchir mais de résister à la tentation.

Ceci dit, pour le cholestérol, dés mes dix ans, ma mère m’avait prévenue. J’aurais du l’écouter, faut dire qu’à l’époque, c’était : dis donc, t’as mis du pain sous ton beurre ? Ou : ne mets pas tant de pain, tu vas donner du goût à ta tartine !!! Mais je me défends, jamais, je n’en ai mangé avec du pâté ! Si, je l’ai vu, il y en a qui le font, je ne jette pas la pierre mais si le pâté est bon, je suis contre. N’empêche que le cholestérol est au sang ce que sont les kilos en trop sur les hanches, injustes et indélogeables.

POUR 4 VERRINES

LA PANACOTTA

Porter à frémissement :

  • 40 cl de crème liquide à 30 % (si l’on suit la recette originale, 20 cl crème et 20 cl lait)
  • 20 g de sucre
  • 1/2 zeste de citron vert non traité (le jaune marche aussi, nous on aime le citron, citronné)

Mettre la gélatine dans un bol d’eau froide (2 ou 3 mn) afin de la ramollir  et incorporer au fouet :

  • 1 c à c de gélatine en poudre ou 2 feuilles de gélatine (essorée) ou agar agar
  • 1 c à s de jus de citron

Verser dans les verrines, après refroidissement mettre à réfrigérer au moins 6 h.

LE RHUBARB CURD

Compoter à feu doux

2 branches de rhubarbe, épluchées et coupées en tronçons

15 g de sucre roux

Faire épaissir sans cesser de remuer avec :

  • 1 cuillerée à soupe de maïzena

Incorporer

  • 1 oeuf battu

Laisser cuire quelques minutes sans cesser de remuer.

Réserver au frais en attendant de pouvoir dresser sur la panna cotta.

DRESSAGE

J’ai intercalé des fruits rouges congelés, préalablement décongelés des heures dans un égouttoir au dessus d’un bol, pour bien égoutter l’eau de congélation retenue par les fruits. Fraises et framboises du dessus proviennent du même paquet et je leur trouve plutôt bonne mine. Et ne me parlez pas de vos gariguettes et de petits marchés ou je fais une crise de nerfs.

Comme je n’avais vraiment pas beaucoup de rhubarbe, ingrate que je suis je n’ai même pas pu faire goûter mon joli dessert aux gentils donateurs de rhubarbe. Par chez moi, il est plus difficile de trouver une branche de rhubarbe qu’une cigarette illégale à Pigalle (ça rime et en plus c’est vrai).

DE TOUT ET DE RIEN

Panacotta signifie crème cuite en italien, difficile de faire plus explicite et plus simple aussi. Elle est née dans le piémont, il y a un siècle et se fabrique avec de la crème, du lait, du sucre, de la vanille et un gélifiant (feuille, poudre, agar) lorsqu’elle est prise (gélifié) on l’accompagne d’un coulis de fruit, de caramel… elle est une source infinie d’inspiration de saveurs, de contrastes et de couleurs. Je la préfère en verrine parce qu’elle nécessite moins de gélifiant, j’ai un problème avec ces crèmes tremblotants au fond de l’assiette et pour ne pas que ça tremblote il faut gélifier à mort (trop à mon goût). Donc, exit le démoulage et vive les petits verres.

Publicités
  1. 21 juin 2010 à 16 h 29 min

    je vois que je ne suis pas seule à craquer pour ce genre de « crème »

    J'aime

  2. sab
    4 juin 2010 à 13 h 18 min

    ça a l’air bien bon tout ça

    J'aime

  3. 4 juin 2010 à 7 h 18 min

    panacotta aussi pour moi…sans beurre et sans œuf….le cholestérol ne peut pas nous envahir avec une telle recette!….et on dira que la rhubarbe annule l’effet de l’œuf qui est dans le curd…les fibres ça fait cet effet là, non??
    tu vois tu pourrais concurrencer Danacol!….

    J'aime

    • boljo
      4 juin 2010 à 8 h 28 min

      Oh, là ! Kézako Danacol ? J’ai du demander à mon ami google si c’était grave, non, en fait un (nouveau) produit sensé réduire ou transformer le mauvais cholestérol en bon, rien d’efficace semble-t’il, je ne rate rien. Merci Babeth pour la rencontre avec Danacol, je goûterai ça dés cet été en ayant une pensée pour toi.

      J'aime

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :