Accueil > 7/ Desserts, Cuisine > Pastillas aux dattes et aux fruits secs pour les rois

Pastillas aux dattes et aux fruits secs pour les rois

Pastillas aux dattes et aux fruits secs

Oui, c’est le jour des galettes des rois, mais qui sont ces rois ? De quelle manifestation s’agit-il ? Religieuse ou païenne ?

Commémoration religieuse

Le jour de l’Epiphanie commémore la présentation de l’enfant Jésus aux rois mages. Mais d’où qu’ils sortent ceux là ? Ce sont des visiteurs (des mages dans l’Evangile selon Matthieu) venus d’ailleurs…   de pays étrangers (pas de précision sur les pays) pour lui rendre hommage en lui offrant des présents très riches : or, encens, et myrrhe, rien que ça. Dans l’Evangile arménien de l’Enfance, on les nomme, Melchior, Balthazar et Gaspard, rien ne dit nulle part qu’ils étaient vraiment trois ni même qu’ils aient été rois. Leur nombre fut supposé par rapport au nombre de cadeaux apportés et après un brainstorming, on décida que « Les Rois Mages » ça collait bien. On ne m’en demande pas plus, Oh, c’est pas moi qui ait écrit les évangiles.

L’Epiphanie est traditionnellement fêtée par toutes les églises chrétiennes le 6 janvier. A la suite d’une réforme de la liturgie romaine, elle a été reportée au deuxième dimanche suivant Noël dans les pays où ce jour n’était pas férié, encore un coup du patronat pour sucrer un jour de congés payés. Cette année, ce sera donc aujourd’hui, 9 janvier.

Commémoration païenne

Dans les sociétés pré-chrétiennes, cette fête correspondait à l’apparition du dieu Dionysos, un mec pas très catholique, originaire de Thrace, célèbre dans le monde grec, oui, parce que chez nous beaucoup moins. Cette divinité était rattachée aux saisons et mourait avec le déclin de la végétation pour ressusciter avec la lumière. Cette croyance rappelle le culte païen des Saturnales célébrant le retour du soleil lié au début du solstice d’hiver. Une fête très joyeuse où ils ne mangeaient sûrement pas que de la galette.

Lors des Saturnales (fêtes romaines sur la fin du mois de décembre et au commencement de janvier), les romains désignaient comme « roi d’un jour » un esclave. Les Saturnales étaient en effet une fête d’inversion des rôles afin de déjouer les jours néfastes de Saturne. Au cours du banquet (au début ou à la fin des Saturnales, selon les différentes époques de la Rome antique) au sein de chaque grande familia, les Romains utilisaient la fève d’un gâteau comme « bulletin de vote » pour élire le « Saturnalicius princeps » (Maître des Saturnales ou Roi du désordre).

Cela permettait de resserrer les affections domestiques et donnait au « roi d’un jour » le pouvoir d’exaucer tous ses désirs pendant la journée, comme donner des ordres à son maître, gifler les gosses, rien n’est dit au sujet des privautés accordées par Madame, avant au mieux de retourner à sa vie servile à l’issue de ce jour ou au pire d’être mis à mort, tout dépendant sûrement de son comportement.

Origine de la galette

Remonte au moins au 14ème siècle,  la galette était partagée en autant de convives plus un, la part supplémentaire désignait le roi du jour parmi les plus pauvres qui passaient par là, une bonne occasion de bouffer une part de gâteau à l’oeil pour les gueux du quartier.

La forme ronde et dorée du gâteau ainsi que la fève font sans doute une référence au culte solaire des Saturnales.

Pour assurer une distribution aléatoire des parts de galette, il était de coutume que le plus jeune se place sous la table et nomme le bénéficiaire de la part, d’où l’usage toujours vivant de « tirer les rois ».

On a eu chaud

En 1711, le Parlement délibère et décide à cause de la famine de proscrire la galette, afin que la farine, trop rare, soit uniquement employée à faire du pain. Au commencement du xviiie siècle, les boulangers envoyaient ordinairement un gâteau des Rois à leurs pratiques. Les pâtissiers réclamèrent contre cet usage et intentèrent même un procès aux boulangers comme usurpant leurs droits. Sur leur requête, le parlement rendit, en 1713 et 1717, des arrêts qui interdisaient aux boulangers de faire et de donner, à l’avenir, aucune espèce de pâtisserie, d’employer du beurre et des œufs dans leur pâte, et même de dorer leur pain avec des œufs. La défense n’eut d’effet que pour Paris et l’usage prohibé continua d’exister dans la plupart des provinces.

Quand vint la Révolution, le nom même de « gâteau des Rois » fut un danger et Manuel, du haut de la tribune de la Convention, tenta sans succès d’obtenir l’interdiction du gâteau des Rois (son nom fut même un temps remplacé par la galette de l’égalité), mais la galette triompha du tribun. Peu après, un arrêté de la Commune ayant changé le jour des Rois en « jour des sans-culottes », le gâteau n’eut plus sa raison d’être, mais cette disparition ne fut que momentanée car il reparut bientôt sur toutes les tables familiales dès que la conjoncture le permit. (source Wikipédia).

Ouf, vous pouvez manger vos galettes, pour nous ce sera Pastilla, histoire de légéreté et de ne pas faire comme tout le monde. Mais rien n’empêche de cacher une fève à l’intérieur d’une des pastillas et d’envoyer le plus jeune sous la table.

Et la pastilla dans tout ça

La pastilla, ou bastilla, est une spécialité culinaire marocaine constituée d’un feuilletage fait de feuilles de briks, à base d’oignon, de pigeons (ou de poulet, de pintade ou de fruits de mer), de persil, de coriandre, d’œuf dur et d’amandes, mélange de sucré et de salé parfumé à la cannelle.

Ici, il s’agit d’une version sucrée, aie, deux traditions bafouées le même jour.

POUR 8 PASTILLAS

Retirer les noyaux et cuire dans de l’eau bouillante 15 mn :

  • 200 g de dattes

Enlever la peau qui se détache toute seule.

Peler et couper en lamelles, faire revenir dans un peu de beurre

  • 2 pommes

Ajouter

  • 1 bouchon d’eau de fleur d’oranger
  • Cannelle
  • 1 c à c de sucre glace

Griller 10 mn à four chaud à 110°

  • une poignée de noisettes, d’amandes, de pignons,… (au choix ou ensemble)

Mélanger tous les ingrédients de la farce.

Badigeonner une feuille de brick de beurre fondu, déposer une cuillère à soupe de farce au centre, plier en trois, rabattre un côté dessous, un côté dessus. Procéder de la même manière avec :

  • 8 feuilles de bricks

Faire dorer à four chaud, 10 à 15 mn à 180° (th. 6).

Saupoudrer de sucre glace et de cannelle lorsque les pastillas ont légèrement tiédies.

Publicités
Catégories :7/ Desserts, Cuisine
  1. fetouaki
    14 décembre 2011 à 8 h 21 min

    es ce que il ya quel qu’un qui peut me donner l’historique de la pastilla en detail

    J'aime

  2. 14 janvier 2011 à 8 h 03 min

    Hummm, c’est tentant et appétissant.
    A tenter
    patou

    J'aime

  3. 12 janvier 2011 à 16 h 36 min

    Bonne année miss! Je voudrais bien être la premiere gueuse pique assiette moi..

    J'aime

  4. 12 janvier 2011 à 7 h 50 min

    J’adore quand tu racontes des histoires ! C’est vraiment un vrai et délicieux plaisir de te lire : c’est bien écrit et on apprend plein de chose…. je ne sais pas comment tu trouves le temps. Mais quel bonheur.
    Pour la pastilla : j’adore sous toutes ces formes : là tu me fais simplement craquer avec ta recette. hop dans celle à faire.
    Bises

    J'aime

  5. 11 janvier 2011 à 16 h 23 min

    Une petite pastilla très tentante. Merci pour cette idée.

    J'aime

  6. 11 janvier 2011 à 13 h 26 min

    Une galette à contrepied des traditions chrétiennes et des origines clairement expliquées. Bonne année !

    J'aime

  7. 10 janvier 2011 à 19 h 13 min

    QUELLE MERVEILLE !
    belle idée orientale !
    bise
    BREE

    J'aime

  8. 10 janvier 2011 à 18 h 42 min

    Une recette des plus originales. J’aime beaucoup.
    Je note ta version.
    Très bonne année à toi et à très bientôt.

    J'aime

  9. 10 janvier 2011 à 14 h 18 min

    C’est bien tentant tout ça!. Ici on a célébré l’Epiphanie le 2. On aurait été en avance? Aux Antilles? (Private joke!)Enfin ça collerait assez avec ton explication. J’en sais rien je crois que le 2 j’émergeais à peine;-)
    Ce qui est sûr c’est que maintenant on est vraiment dans Carnaval. @ +

    J'aime

  10. 10 janvier 2011 à 12 h 13 min

    Très bonne année à toi aussi, pleine de joie, de projets et de gourmandise !
    Sympa ces petites pastillas qui changent de la galette !
    A bientôt

    J'aime

  11. 10 janvier 2011 à 12 h 03 min

    elles son très jolies et très appétissante!!!hummm

    J'aime

  12. 10 janvier 2011 à 11 h 02 min

    Pastilla sucrée, c’est délicieux, ça croustille et Namour reste sous le charme. Biz cordiale

    J'aime

  13. 10 janvier 2011 à 8 h 53 min

    T’as même pô fait une photo d’la fêve.
    Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

    J'aime

  14. 9 janvier 2011 à 20 h 08 min

    Belle recette gourmande et article complet et très intéressant, bravo !

    J'aime

  15. 9 janvier 2011 à 19 h 23 min

    Trop drôle!!!!!…..1) je t’encourage à participer à un concours….. pour me faire (presque) couper l’herbe sous le pied….. tu comprendras dans 1 jour ou 2!!
    2) l’an passé j’ai fait un discours (moins documenté mais plus humoristique sur les rois mages) pour accompagner une recette….. de galette en feuille de brick…. c’est ci : http://mosaicoliviers.canalblog.com/archives/2010/01/05/16394761.html

    J'aime

    • boljo
      9 janvier 2011 à 21 h 00 min

      Merci, Annie de terminer l’histoire et de nous révéler le quiproquo à propos des mages Une dernière question cruciale me taraudait : mais pourquoi de la frangipane ? Je sais maintenant pourquoi.

      J'aime

  16. 9 janvier 2011 à 17 h 27 min

    Ce sont de bien belles pastillas que tu nous présentes là! J’oublie souvent de cuisiner avec des feuilles de brick. Pourtant, c’est tellement savoureux et polyvalent!
    Lou

    J'aime

  17. 9 janvier 2011 à 15 h 20 min

    C’est un délicieux cadeau que tu nous fais là avec cette version si croustillante de la galette des Rois. Et merci pour ce partage d’érudition !

    J'aime

  18. 9 janvier 2011 à 14 h 43 min

    j aime beaucoup cette recette!!!ça donne envie!!!

    J'aime

  19. 9 janvier 2011 à 14 h 39 min

    Bonne année! Je te souhaite plein de bonheur, santé, de belles saveurs, découvertes… pour 2011.
    Bises tropicales

    J'aime

  20. 9 janvier 2011 à 12 h 37 min

    Ta version sucrée me plait tout à fait avec le croustillant !
    Je te souhaite aussi une bonne année (je crois que je te l’avais souhaité en avance mais je ne sais plus trop !)

    J'aime

  21. 9 janvier 2011 à 10 h 44 min

    Coucou,
    Une très belle et très originale galette des rois qui me plaît infiniment, bravo et merci à toi…. et surtout très bonne chance pour le concours mais tu pars vraiment en très bonne position avec ton excellente prestation…
    Je te souhaite une très belle fin de journée, bisous

    J'aime

  22. 9 janvier 2011 à 10 h 35 min

    Une bonne idée pour la fête des rois! Ces pastillas doivent être divines.

    Bises,

    Rosa

    J'aime

  23. 9 janvier 2011 à 10 h 07 min

    Délicieuse idée , j’en pique une !!!

    J'aime

  24. sab
    9 janvier 2011 à 8 h 49 min

    pastilla ou galette cette version me pliat enormement

    J'aime

  25. 9 janvier 2011 à 8 h 19 min

    Moi j’aime bien toutes les galettes… de roi de reine, paienne ou pas…..Et il me reste quelques feuilles de filo de mon souper d’hier soir… Tu me donnes une excellente idée pour les utiliser ….

    J'aime

  26. 9 janvier 2011 à 7 h 22 min

    j’en prend une part

    J'aime

  27. 9 janvier 2011 à 6 h 48 min

    Oh tu sais les traditions je les respecte car il y a toujours un bon mets à déguster. Mais en aucun cas je ne suis croyante !
    Je goûterais bien à ta version de pastilla ça me tente !
    bises bon week-end

    J'aime

  28. 9 janvier 2011 à 6 h 15 min

    Hummm très original cette recette
    bisous mimi

    J'aime

  29. 9 janvier 2011 à 6 h 00 min

    une version super original pour tirer les rois ou peut-être féter le jour des 100 culottes, Une veritable histoire cette galette elle en aura fait couler de l’encre, mais le temps d’une journée avoir le privilège d’être roi ou reine en donnant les ordres à tout le monde cela fait rêver quoique.
    Je te souhaite une excellente journée et si ce n’est déjà fait une bonne année 2011

    J'aime

  30. 9 janvier 2011 à 5 h 32 min

    Merci pour cet érudit rappel historique. J’aime bien aussi comme « chute » ton côté frondeur et gourmand d’autant que tu nous livres une recette craquante à tous les sens du terme ! Joyeuse épiphanie !

    J'aime

  31. 9 janvier 2011 à 5 h 28 min

    Comme elles sont jolies ces patillas! C’est super orignal en plus! 😉
    Bise

    J'aime

  32. 9 janvier 2011 à 2 h 30 min

    belle pastilla miam et b0nne chance !!!! 😉 bises ma belle

    J'aime

  33. 8 janvier 2011 à 21 h 25 min

    Miam, ça doit être délicieux, au diable les traditions, !!
    bisous et bonne Epiphanie
    lolo

    J'aime

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :