Accueil > 7/ Desserts, Cuisine, d'étudiants fauchés et flemmards > Pains perdus, des deux soeurs

Pains perdus, des deux soeurs

Pains perdus des deux soeurs

Ces deux recettes ont deux histoires mais pourtant elles sont indissociablement liées, puisque l’une était réalisée par ma grand-tante Lucienne dite « Tata Lulu » et l’autre par ma grand-mère Alfreda dite « Tata Da » par les cousins, me semble-t-il puisque moi je l’appelais mamie. Rien qu’aux prénoms, vous vous doutez qu’elles sont toutes deux d’un autre temps, et même, d’un autre monde pour l’une d’entre elles.

Juste pour le plaisir et participer à la fête des grands mères, j’adresse mon pain perdu à Coco Passions.

Le pain perdu de la première, ma grand tante était à son image, généreux, beurré, imbibé et empilé jusqu’à des hauteurs vertigineuses. Un vrai bonheur, cuisiné avec amour, son pain perdu réalisé à base de pain de mie reflétait sa personnalité. Une maîtresse femme, le verbe haut, le rire facile si vous ne l’aviez pas fâchée, son courroux et l’oeil noir qu’elle posait sur vous, si vous l’aviez contrariée, me reste autant en mémoire que son oeil malicieux et rieur lorsqu’elle racontait des histoires drôles, qu’elles sortaient du fond de sa mémoire avec une facilité déconcertante.

Toujours une pensée bien sentie, une réflexion bien placée et une anecdote sur l’un de ses innombrables petits-enfants, neveux et nièces, moi qui suis à peine fichue de me rappeler du premier mot d’aucun de mes enfants. Je ne l’ai pas vu depuis bien longtemps, âgée de 90 et quelques années, elle ne me lira, malheureusement, pas non plus.

Elle a fait des piles de pain perdu à mes enfants, tout comme à moi, et ils en gardent également le même souvenir ému.

Le pain perdu de la seconde, ma grand-mère, était tout l’inverse. Mamie minet comme l’avait surnommée la famille puisque possédant toujours un chat était disons « d’une rare économie ». La recette du pain perdu, pas perdu, prenait avec elle tout son sens.

Du vrai pain rassis, quitte à gratter un peu le moisi pour les plus vieux bouts, macérés dans du lait pendant plusieurs heures, j’ai souvenir d’un bloc très compact. Non, le lait n’était pas tourné, n’exagérons rien non plus, quoique je me souviens avoir été initiée à la technique du caillé et du petit lait, bref ! Le pain ayant bu tout le lait, elle devait bien battre un oeuf, peut-être deux mais ce n’est pas sûr, le tout pour un bon kilo de pain et saupoudrer la mixture d’un peu de sucre. Et hop, au four pour… aller savoir ! En ressortait un blog de béton totalement immangeable qui nous faisait piquer des fous rires à la table du dimanche, nous plantions les parpaings découpés avec notre fourchette sans arriver à en détacher un seul morceau et en étant bien incapable d’en avaler un seul morceau. Expérience faite, même le chien n’en voulait pas, nous avions pourtant à cette époque un chien qui aspirait tout. Je crois que ce jour là nous en avons pleuré de rire.

J’ai par contre, avec elle, feuilleté des albums de ses voyages, appris à faire du crochet (j’ai tout oublié) et fait d’interminables parties de carte avec ses copines. Si la cuisine n’était pas son fort et je n’ai pas appris avec elle, elle m’aura transmis le plaisir du jeu juste pour jouer et rire, sans tricherie et avec bonne humeur.

POUR 10 TRANCHES
d’un pain de mie moelleux (sans croûte) ou de brioche

Dans un saladier, battre

  • 2 oeufs,
  • 3 c à s de sucre,
  • 1/2 gousse de vanille de Mayotte,si vous avez de la Bourbon ou de Tahiti ou de Carrouf ça ira aussi,
  • 1 c à s de rhum,
  • 15 cl de lait

Couper la croute du pain si nécessaire. Imbiber et retourner chaque tranche dans la préparation au lait. Cuire dans une poêle chaude, retourner lorsque le premier côté est doré.

  • Beurre demi-sel (ou pas, si vous n’aimez pas) pour la poêle.

POUR 1 BAGUETTE

Préchauffer le four à 200° (th 6/7)

Couper en cubes

  • 1 baguette

La faire tremper dans

  • 50 cl de lait

Faire infuser 1/2 gousse de vanille, dans

  • 25 cl de lait

Dans un saladier, mélanger

  • 3 oeufs
  • 50 g de cassonade
  • 1 énorme c à s de miel
  • 20 cl de crème fleurette légère
  • 40 g de beurre fondu (1/2 sel pourquoi pas)
  • ajouter le lait infusé avec la vanille (penser à virer la gousse)

Beurrer un plat allant au four, disposer le pain, recouvrir avec le mélange.

Cuisson, 30 mn puis 10 mn à 210°.

Pains perdus de grand-mère

Recettes dédiées à toutes les grands-mères ayant régalées des générations d’enfants avec des recettes simples et économiques.

Publicités
  1. 2 mars 2011 à 18 h 30 min

    Les deux assiettes donnent envie.

    J'aime

  2. 2 mars 2011 à 17 h 34 min

    mes problèmes de livebox enfin résolu, je passe te saluer rapidement ce soir

    chaudronnette

    J'aime

  3. 2 mars 2011 à 9 h 44 min

    De biens jolies histoires de famille , je ne devrais pas l’avouer mais mon repas d’hier à midi à été uniquement constitué de Brioche perdue ^^
    *
    **
    *** Belle journée
    **** et à bientot
    ***** Chouya !

    J'aime

  4. 2 mars 2011 à 8 h 19 min

    Merci pour la recette et l’histoire des tortues (unique), elle nous fait partir au loin 😉

    J'aime

  5. 1 mars 2011 à 19 h 45 min

    t’es OU en ce moment si tu dis que tu veins en France cet été ?

    J'aime

    • boljo
      1 mars 2011 à 19 h 49 min

      A Saint Pierre et Miquelon, Bree, tu as manqué des épisodes. SPM est un petit bout de France près des côtes Canadiennes, Terre Neuve précisément.

      J'aime

  6. 1 mars 2011 à 18 h 41 min

    c’est vrai que nos grands meres..nos mères nous ont régalé!!
    A nous de régaler nos enfants et nos petits enfants à venir!!!
    j aime les traditions et les recettes qui se perpétuent à travers les générations!!
    bonne soirée 🙂

    J'aime

  7. 1 mars 2011 à 18 h 14 min

    Le pain perdu, on adore!! mais demain, pour finir le pain rassis, se sera fondue savoyarde…

    J'aime

  8. 1 mars 2011 à 17 h 38 min

    Comme tu le dis c’est d’un autre temps. Mais c’est un retour dans nos petites enfances…. le hic c’est que mes filles n’aiment pas : sûrement parce que je ne le fais pas aussi bien que ma grand-mère qui elle avait une recette à mis chemin entre les 2 tiennes : pain rassi mais une préparation parfumée et généreuse.
    avec un large saupoudrage de sucre
    Que demander de plus ? Du pain : on en aura
    Bisous

    J'aime

  9. 1 mars 2011 à 17 h 31 min

    Merci pour ce beau témoignage… et pour les recettes aussi !

    J'aime

  10. 1 mars 2011 à 16 h 59 min

    Est-ce parce que je suis une grand-mère??? j’en fais souvent, et plutôt à la manière de ta grand tante!!!!
    Les deux portraits me rappellent, moi, mes deux grands mères, l’une ronde, aimant le rire et la bonne chair, et l’autre, sèche, passionnée, et ressemblant pour la cuisine à ta grand-mère, mais pas par économie, par « détestation de la cuisine »…. mais à l’arrivée…. (jugement de valeur non dépourvu de partialité…) la plus généreuse des deux n’était pas forcément celle que l’on croyait…. OOps tu m’as remuée là !!!!

    J'aime

  11. 1 mars 2011 à 16 h 30 min

    huuummmm ta photo avec la mie donne trop envie.

    J'aime

  12. Nat
    1 mars 2011 à 13 h 53 min

    Une belle recette familiale, chargée de souvenir, c’est ce qui fait toute la différence !! J’adore ! bises

    J'aime

  13. 1 mars 2011 à 13 h 14 min

    j’aime beaucoup le pain perdu, je le parfume à l’eau de fleur d’oranger.

    Kalinka

    J'aime

  14. 1 mars 2011 à 12 h 27 min

    Cela fait longtemps que je n’ai pas mangé de pain perdu. Un délicieux souvenir aussi pour moi ! A refaire bientôt !

    J'aime

  15. 1 mars 2011 à 12 h 12 min

    Hello, bien dormi ? ah le réveil était cool avec un tel petit déjeuner
    j’aimais bien et pourtant j’en fais rarement… a faire donc bientôt ! merci
    Belle journée

    J'aime

  16. 1 mars 2011 à 9 h 56 min

    Heureusement que j’ai déjà mangé sinon je serais perdue ! 🙂

    J'aime

  17. 1 mars 2011 à 7 h 10 min

    J’adore la description des 2!… Mais je penche plus pour le bien riche!….

    J'aime

  18. 1 mars 2011 à 7 h 05 min

    Miam ça fait un bye que j’en ai pas mangée !! bisous

    J'aime

  19. 1 mars 2011 à 6 h 30 min

    Oh je veux bien goûter aux deux moi tu sais ! Et elles ne m’en voudront pas les tata lulu !
    Bises

    J'aime

  20. 1 mars 2011 à 6 h 21 min

    Bel hommage aux grands-mères que tu rends là. C’est même un hymne à l’amour que tu nous chantes, j’imagine « la môme » l’interprétant sur un fond de beurre qui pétille le temps de l’aller-retour de la tartine. C’est le dessert préf de Mysteyre car il a la même dose d’amour k toi concentré dedans. J’ai la recette et gare à moi si je rajoute ou retranche un ingrédient si tu vois.
    Bonne chance pour le concours.
    Non non bafouille y mais ya eu un loupé, j’ai tapé mon article et comme je dormais debout je l’ai mal enregistré d’où…
    je te souhaite une belle journée et biz bien cordiale

    J'aime

  21. 1 mars 2011 à 5 h 21 min

    Elles sont trop belles tes recettes .. Et je te parle même pas des histoires qui vont avec .. C’est vrai, les recettes sans elles n’aurait pas la même saveur .. hihihi
    Moi, pas vraiment d’affinité avec mes grands-mères, alors des souvenirs y en a pas ..hihihi .. Heureusement pour mes enfants, mes parents sont des grands parents géniaux et des réminiscences, ils vont s’en coltiner !! Et c’est magique …
    Le pain perdu, j’aime bien à la maison, que ce soit avec un reste de pain ou de brioche,c’est excellentissime .. Saupoudré de noix de coco râpée, on en raffole ..
    Mercii pour ce joli partage !! …
    Bisoussss faut que je me bouge, j’ai un rdv dans peu de temps …lol
    kiki

    J'aime

  22. 1 mars 2011 à 3 h 47 min

    rhola la le pain perdu un delice! j adore le tiens !et en plus j ai pas dejeuner je vais y aller et me contenter de ma biscotte toute seche et triste trempée dans mon bol de café…(t es tristes pour moi??)bon treve de betise !le pain perdu me rappel toujours mon grand pere..bisous

    J'aime

  23. 1 mars 2011 à 3 h 41 min

    C’est vraiment une recette de grand-mère le pain perdu. J’ai connu également mais sans rhum.

    J'aime

    • boljo
      1 mars 2011 à 9 h 48 min

      Le rhum est de moi, une déformation due à quelques années dans l’océan indien, et punch par ci, et rhum arrangé par là… on y prend goût.

      J'aime

  24. 1 mars 2011 à 3 h 09 min

    Tata Lulu et Tata Da… c’est mignon et cela rime déjà comme les premiers mots d’une chanson ! Je crois reconnaitre dans Tata Da celle qui me faisait penser à Ma Dalton (comme quoi, si c’est bien la même, son surnom est proche de ces gangsters de l’Ouest !!. Entre les deux recettes, tu imagines que je préfère celle qui est moins « estoufagou » comme on dit chez nous, la plus légère quoi !!! Enfin je retiens aussi que ces deux personnes aimaient jouer et rire… ce qui les rend extrêmement sympathiques !

    J'aime

  25. 1 mars 2011 à 2 h 36 min

    miammmmmmmmmmmm !!!!!!!!!!!!!! à fondre s0us la bouche :::::: bises les S0EuRS

    J'aime

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :