Accueil > 7/ Desserts, Cuisine > Bourdelot ou Douillon à la normande, peut-être, mais rudement bon

Bourdelot ou Douillon à la normande, peut-être, mais rudement bon

Douillons

Autant vous le dire tout de suite, je n’avais jamais entendu parler de ces gâteaux. Non, je ne traque pas le buz et non, je ne passe pas mes nuits à chercher des recettes inédites sur Internet, c’est JaimeTout qui m’a inspirée cette recette. Il faut d’ailleurs que je remercie la prof de français de lui faire lire les classiques parce qu’au détour d’une page de Mautpassant, le voilà qui me demande : Maman tu connais les douillons ? Ben non ! Et de m’expliquer la madeleine de l’auteur : le fameux douillon dont le célèbre auteur cite la recette et le souvenir qu’il a de ceux de sa grand-mère.

Vous conviendrez qu’il n’en faut pas plus à une maman souhaitant faire plaisir à ses petits, doublée d’une curieuse et auteur d’un blog culinaire de surcroît ; je vous livre le fruit de mes recherches.

Le douillon est une spécialité culinaire de Normandie. Il s’agit d’une pâtisserie consistant à placer une poire ou une pomme, pelée ou non (sans peau pour moi), mais évidée (sans pépins, c’est mieux aussi) sur une abaisse carrée de pâte brisée ou feuilletée, suffisamment grande pour enfermer le fruit. La cavité au centre du fruit (c’est pour ça qu’on évide) est remplie ou non de diverses farces, gelée de groseilles, cassonade et cannelle,

pâte d’amandes, avant de refermer et de souder les angles du carré de pâte (si on a réussi à l’étaler en carré). La pâte est dorée au jaune d’œuf puis les douillons sont cuits à four chaud (à four froid ça marche moins bien).

Les douillons se dégustent généralement tièdes avec une sauce miel-calvados, au caramel, au chocolat, à la vanille… On peut aussi faire une chantilly aromatisée au cognac, utiliser d’autres fruits, remplir le trou de chocolat, fruits rouges, crème pâtissière, pâte d’amandes…

A la pomme, il s’agit de bourdelot et à la poire, on l’appelle le douillon. Mais Maupassant lui, appelle douillon cellui à la pomme, on va pas se battre pour ça.

POUR 4 PERSONNES

Peler et évider

  • 4 pommes

Etaler et découper en 4

  • 250 grammes de pâte feuilletée ou de pâte brisée (ou la pâte de la tarte rustique, ici)

Déposer les pommes sur les carrés de pâte. Remplir la cavité

Refermer la pâte et souder à l’eau. Dorer chaque douillon avec un jaune d’oeuf, enfourner dans un four préchauffé, 180° (th 6), cuire 45 mn.

Une version tartelette

Tarte aux pommes et aux canneberges

POUR LA PÂTE

Au robot, à la feuille ou à la main, sabler :

  • 200 g de farine,
  • 60 g de poudre d’amande,
  • 30 g de sucre
  • 130 g de beurre

Ajouter et continuer à pétrir

  • 2 c à s de crème sure (ou crème liquide ou Ricotta…),
  • 1 c à s d’eau froide
  • Quelques gouttes d’extrait d’amande (facultatif)

Finir rapidement de pétrir à la main et former une boule. L’envelopper de film alimentaire et réfrigérer 30 minutes.

Publicités
Catégories :7/ Desserts, Cuisine
  1. 12 février 2012 à 13 h 40 min

    Ma grand-mère appelait ça des coucous (http://unsiphonfonfon.com/2011/03/coucous-de-ma-grand-mre/)

    J'aime

  2. 28 décembre 2011 à 12 h 10 min

    Une idée géniale, j’adore!

    J'aime

  3. 28 décembre 2011 à 10 h 27 min

    Un vrai régal avec les pommes du verger arrosées de calva (on reste dans la pomme normande !) L’odeur de la cuisson est un pur bonheur dont je me souviens, enfant, près du gros poêle à bois.
    J’en fais de temps en temps http://mamounette85.canalblog.com/archives/2010/02/01/16748685.html
    Je te souhaite de bonnes fêtes de fin d’année

    J'aime

  4. 27 décembre 2011 à 19 h 50 min

    Ben justement j’ai fais de la confiture de canneberges (en hivers c’est le moment où on en trouve dans nos supermarchés venues des US) : y a plus qu’à.
    Bises

    J'aime

  5. 27 décembre 2011 à 15 h 38 min

    Contente de voir une recette de ma Normandie natale à St-Pierre 🙂 : à ma connaissance, l’emploi du mot douillon ou bourdelot n’a pas grand-chose à voir avec les pommes et les poires mais plutôt avec les différents patois normands. Par contre, je ne sais plus lequel est haut-normand et lequel bas-normand. Tu me donnes envie d’en faire, merci pour le partage et vive Maupassant !

    J'aime

  6. 27 décembre 2011 à 15 h 12 min

    Grande fan de Maupassant et de douillon (pâte brisée), à déguster près d’un feu de cheminée (les deux 😉

    J'aime

  7. 27 décembre 2011 à 14 h 40 min

    Tiens, les douillons que j’ai pu voir de ci, de là, sur les blogs étaient toujours à la pomme. Mais tu as raison, peu importe le nom pourvu qu’on ait le régal. Et puis, un douillon aussi original à la canneberge, je n’en ai jamais vu. Encore un succès de ta créativité bien en forme après la nativité…

    J'aime

  8. 26 décembre 2011 à 18 h 40 min

    Hum, il m’a l’air très bon ton dessert!
    Bonne soirée, Prici

    J'aime

  9. la nonna
    26 décembre 2011 à 17 h 48 min

    rudement miamesque, bisous

    J'aime

  10. 26 décembre 2011 à 17 h 47 min

    je suis justement entrain de lire du Maupassant (je ne m’en lasse pas) et je me souviens très bien de la nouvelle, quand il parle de « douillons » c’est pour un mariage!ma mère en faisait c’est excellent, et j’aime cette jolie présentation!
    merci pour ces jolis souvenirs
    bises
    sicacoco

    J'aime

  11. 26 décembre 2011 à 16 h 08 min

    Quelle bonne idée, lier cuisine et littérature, la vie, quoi!
    Je te souhaite de très bonnes fêtes en famille.

    J'aime

  12. 26 décembre 2011 à 14 h 54 min

    Une recette qui fait toujours plaisir. Bisous

    J'aime

  13. 26 décembre 2011 à 8 h 32 min

    voici une recette qui me tente beaucoup je veux bien te croire quand tu dis que c’est rudement bon !!
    bises et bonnes fêtes de fin d’année
    hervé

    J'aime

  14. 26 décembre 2011 à 5 h 51 min

    tu as raison, on ne va pas risquer de fâcher Maupassant pour si peu. Au diable les chipotages, du moment que c’est bon ! ;o))) Tu sais que mon frère, actuellement en visite à Cannes, dort dans la chambre que Maupassant occupait lorsqu’ils passait de longs hiver à Cannes durant les dernières années de sa vie ? il y fait même, paraît-il, une tentative de suicide en 1892, avant de mourir un an plus tard à Paris …C’est un joli petit hôtel tout près de chez moi et c’est là que l’on loge nos visiteurs, quand la maison est devenue trop petite pour accueillir tout le monde ! ;o)
    Bisous et bonne poursuite des vacances.
    Hélène

    J'aime

  15. 26 décembre 2011 à 5 h 48 min

    UNE JOLIE GOURMANDISE
    Je te souhaite un beau début de semaine
    Valérie.

    J'aime

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :