Accueil > 7/ Desserts, Cuisine, d'étudiants fauchés et flemmards, Famille de dingues, Goûter, Humeur, humour, J'ai envie d'en parler > Gâteau moelleux au chocolat et coco ou comment survivre aux réunions parents/professeurs

Gâteau moelleux au chocolat et coco ou comment survivre aux réunions parents/professeurs

Moelleux chocolat, noix de coco 1

Si vous avez des enfants de plus ou moins 11 ans, vous avez vécu pour la première fois, vos premières rencontres parents/profs et vous avez une longue expèrience si vous avez des enfants plus âgés. Comment ça se passe ?

L’organisation peut différer d’un établissement à l’autre, le point commun étant les longues heures qui vous attendent si vous souhaitez voir tous les professeurs de votre enfant. Avec un peu de chance à votre arrivée, vous serez accueillis par l’équipe de la vie scolaire qui vous remettra la feuille, qui va devenir votre amie et rapidement votre pire ennemi, énumérant la liste des professeurs de la classe avec les salles où ils attendent le chaland parent. Un nom, un numéro, ça rappelle un peu les hôtels de passe sauf qu’ici tout le monde est habillé.

Commence le jeu de piste, oui parce que la feuille c’est bien mais avec, on ne vous donne pas le plan de l’établissement et savoir trouver la salle 1-A ou 108, 201 et 501, c’est du sport. Premier travail, résoudre le jeu de piste, comprendre que les numéros 501 ne sont pas au cinquième étage, par déduction c’est facile ; le bâtiment n’en comporte que deux mais que leur logique de numérotation ne répond pas à la même que celle des 100 et 200 qui eux correspondent bien aux étages mais d’un autre bâtiment différencié par deux portes battantes, dites coupe-feu, je vous sens déjà essoufflé là, moi aussi.

Tout ça n’est pas marqué, un parent obligeant vous l’explique avec condescendance, lui, a fait sa scolarité ici et connaît l’établissement comme sa poche. Vous passez donc les minutes qui suivent à regrouper par étage et bâtiment les profs à voir, si vous êtes deux, le mieux c’est de vous séparer et de prendre chacun un étage. Puis, le nez collé au papier, vous vérifierez d’un petit coup d’oeil périphérique, juste le temps de les lire, les numéros de salle et le nom des profs, heureusement accroché pour l’occasion sur chaque porte. Prenez l’air le plus dégagé qui soit avant d’aller vous échouer sur la chaise derrière la longue file d’attente déjà formée. Là, assurez-vous quand même que vous êtes dans la bonne file, étudiez avec attention votre nouvel ami, le papier et vérifiez deux fois plutôt qu’une, rien n’est pire que se retrouver nez à nez avec un prof dont votre enfant n’est pas dans la classe ou qui vous dit en ricanant, ah non, Untel, c’était l’année dernière, au besoin demandez à votre voisin ou voisine.

Comment reconnait-on ceux qui savent de ceux qui sont perdus ? Facile, vous gardez le papier à la main, les autres l’ont négligemment fourré dans leur poche. Une fois assis, sortez un stylo et commencez l’opération biffage des matière inutiles : les options que malgré votre insistance, votre chérubin n’a pas voulues prendre (aujourd’hui, vous pouvez lui dire merci, c’est toujours ça de moins à faire), la gym et le dessin. Ah, oui, on dit, éducation artistique, j’ai dit inutile ? Voilà qui m’a échappée et puis c’est injustement gratuit parce que j’y crois, moi à ce que certains nomment les sous-matières. Vous voulez savoir qui ? Ben, les profs, si, si, les collègues, quoi, ceux des matières nobles, avec en tête, les maths, serré de près par le français et les autres matières scientifiques. Outre l’éveil et la culture artistique ne négligeons pas qu’on peut y gagner des points, si on est meilleur à la flute qu’aux équations du second degré. Et puis, nous avons toujours mis un point d’honneur à voir tous les profs, c’est comme ça, pas de matières oubliées.

De toute façon l’éducation nationale joue le jeu, histoire de remplir toutes les salles et de ne pas laisser aux parents le choix de sauter des étapes, de plus en plus de profs de gym et de dessin se portent volontaires pour être professeur principal et celui-là vous ne pouvez pas le louper, il fait la synthèse de tous ce que les autres ont à dire. Si vous manquez de temps pour le marathon, ne voyez que celui-là.

Bref, rayez ce que vous voulez, comptez et recomptez, il en reste tout de même un sacré paquet. Ceci dit, ici, des chaises sont à disposition et on reste rarement debout. Pour les aînés dans d’autres établissements, je finissais, sous l’oeil courroucé de mes compagnons d’infortune, assise en tailleur par terre, mon bouquin sur les genoux. Important, prenez quelque chose à faire, vous vous ennuierez moins, de préférence un livre. Choisissez un truc avec un titre bien ronflant, posez le négligemment sur le bureau devant vous, histoire de dire que pour autant être parents ne veut pas dire inculte, en d’autres termes, affirmez-vous. Ne faites pas comme si, vous étiez interrogé ou admonesté, vous avez beau vous retrouver sur les chaises qui, parfois, font remonter de douloureux souvenirs, c’est fini, vous êtes devenu adulte et l’égal de celui qui se trouve en face de vous. Ne vous laissez pas piéger par les remontées du passé, on parle de votre enfant, pas de vous.

Ensuite, selon le relevé de notes et le comportement de votre bambin, vous entendrez des remarques surprenantes, vous apprendrez des anecdotes étonnantes, vous ferez des découvertes inattendues, bonnes ou mauvaises. Vous pourrez même aller jusqu’à vous demander si on parle bien du même, ne bredouillez pas, mais je suis la mère de… si, si, le prof avait bien compris lorsque vous vous êtes présentée. Simplement, méfiez-vous de vous et de vos enfants, ils ne ressemblent pas toujours à l’image qu’on s’en fait ou à ce qu’on veut bien croire.

A la fin de l’entretien, n’oubliez pas de récupérer votre ami, le papier et votre livre ou votre tablette, si vous étiez en train de jouer à Angry Bird pensez à baisser le son, on vous posera plus facilement la question : il est bien votre bouquin ? Plutôt que : vous en êtes à quel niveau ? Encore que ! Mais pour le côté intello, c’est foutu.

Repartez vaillamment vers le couloir, la prochaine salle, la chaise suivante, la longue attente… Amusez-vous, écoutez les conversations de vos voisins, remarquez (ils le font pour ça) ceux qui sortent en affirmant haut et fort : ça été vite fait, avec les résultats qu’il a (mon petit génie) ! Pensez-y au prochain entretien, écourtez-le ! Un, vous gagnerez du temps, deux, vous éviterez les regards apitoyés : vu, le temps que ça a pris, il devait y’en avoir à dire !

La question qui tue ? Et le troisième trimestre vous le voyez comment ? Réponse au choix :

– Bien, bien !

– Euh… la dernière ligne droite avant les grandes vacances ! Bip, mauvaise réponse, que voulez-vous répondre à ça ?

– Bah, bien et vous ? Non pas mieux.

– Ecoutez, on va faire comme pour les deux autres, vous donnez vos cours et mon gosse travaille et vous essayez de ne pas finir épingler dans un « Chagrin d’école ». Cela ne va pas non plus !

– Dans ma vie, on en est qu’au deuxième parce que mon année commence en janvier et pas en septembre. Bof, pas terrible !

– Je vous retourne la question, il est décisif, à vous de me le dire !

Enfin, vous pouvez rentrer chez vous, épuisée et s’il vous reste un peu d’énergie faites vous un moelleux chocolat coco, ça remontera le moral des troupes, surtout s’il vous restait à passer l’explication avec l’élève que vous ne connaissiez pas… votre enfant.

Allez haut les coeurs, il n’en reste plus qu’une pour l’année… et on recommence l’année prochaine avec une nouvelle liste, une nouvelle numérotation, de nouveaux noms, c’est pas chouette les jeux de piste ?

Toute ressemblance avec des faits réels serait purement fortuite.

Pour un moule à manqué

Moelleux chocolat noix de coco 2

  1. Faire fondre les chocolats et le beurre au MO à température moyenne
  2. Blanchir les oeufs au batteur
  3. Ajouter le sucre puis la farine tamisée avec la levure
  4. Mélanger les chocolats fondus
  5. Chemiser le moule avec du beurre et de la farine, faire couler la pâte.
  6. Enfourner à four chaud, 180°, cuire 20 à 25 mn. Démouler tiède, laisser refroidir sur une grille.

Moelleux chocolat noix de coco 3

Publicités
  1. 16 mai 2016 à 13 h 05 min

    Merci pour cette délicieuse recette, nous nous sommes régalés!!!!!

    J'aime

  2. 11 mai 2013 à 21 h 58 min

    Oh les souvenirs…je m’y retrouve bien paumée à chaque fois et rapide pour ma fille plus long pour mon fils qui n’en avait que fiche, mais l’essentiel était qu’on m’a toujours dit : Il semble bien dans sa peau, équilibré, c’est juste que ce que l’on raconte ne l’intéresse pas si tu vois. Franchement contente que ce soit finies ces réunions. Tiens je prendrais bien une part de ton gâteau histoire de me remettre de l’évocation de ces souvenirs.

    J'aime

  3. 9 mai 2013 à 14 h 50 min

    hi! hi! hi! tout ça c’est bien loin pour moi!!!et ton gâteau au chocolat est une petite gourmandise excellente!
    bises
    sicacoco

    J'aime

  4. 9 mai 2013 à 11 h 11 min

    Ah les réunions de parents d’élèves… une véritable galère et un parcours du combattant… d’accord avec toi, mais tu as su contourner l’obstacle avec ce merveilleux gâteau chocolat et coco, ce doit être une magnifique et savoureuse gourmandise, encore une recette toute en saveurs et parfums comme j’aime, bravo et merci à toi, une superbe réalisation !
    Très belle journée de jeudi pour toi, bisous
    Jacqueline

    J'aime

  5. 8 mai 2013 à 23 h 58 min

    une merveilleuse recette toute légère
    bises de dany

    J'aime

  6. 8 mai 2013 à 19 h 30 min

    Ce n’est pas plus drôle pour les profs (mon expérience de p’tite femme qui récupère son mari après une semaine de ces réunions passionnantes…). 😉
    Je pourrais lui préparer ce délicieux gâteau la prochaine fois.
    Allez courage!

    J'aime

  7. 8 mai 2013 à 16 h 03 min

    Avec tout ça, tu en oublies la noix de coco !

    J'aime

  8. 8 mai 2013 à 14 h 33 min

    j arrive, pour en deguster un petit bout

    J'aime

  9. 8 mai 2013 à 12 h 28 min

    On voit que tu connais ton sujet ! a fait partie de mes plus grandes corvées, ça ! ;o)))
    Bisous

    J'aime

  10. 8 mai 2013 à 12 h 12 min

    Contente que ce temps là soit terminé pour moi…..en principe, il y avait des heures de RV toutes les 4 minutes ou quelque chose comme ça, que tu demandais quelques jours avant en choisissant quels profs rencontrer….ce qui faisait que tout le monde choisissait les mêmes, que tu te demandais si 4 mn ça servait à quelque chose mais tu y allais quand même….faut avoir l’air de s’intéresser quand même!….et comme tout le monde dépassait les minutes prévues, tu faisais la queue, en pestant parce que tu allais rater le RV suivant à l’autre bout du lycée, sans chaise pour attendre et sans angrybirds parce que ça n’existait pas….
    Par contre, le gâteau, j’en prendrais bien!…

    J'aime

  11. 8 mai 2013 à 10 h 03 min

    Waouh ! Quel périple !
    Je compatis, après tant d’effervescence une bonne part de ton délicieux moelleux semble incontournable.
    Bises

    J'aime

  12. 8 mai 2013 à 9 h 29 min

    j’espère bien être parmi les professeurs qui recevront les parents les années qui viennent ! moi, j’adorai les réunions parents-profs 🙂

    J'aime

  13. 8 mai 2013 à 9 h 16 min

    Ohhhhhhhh… il a l’air trop bon !

    J'aime

  14. 8 mai 2013 à 7 h 13 min

    Alors là, je sens que je vais devoir en faire des tonnes de ce gâteau-là. Je n’ai pas encore eu « la joie » de faire ce genre d’expérience mais je sens que j’ai encore quelques années pour m’y préparer. Ton récit m’a bien fait rire en tout cas. Allez, bon courage ! Le troisième trimestre, juste un dur moment à passer? C’est pas une bonne réponse ça?

    J'aime

  15. 8 mai 2013 à 6 h 57 min

    Et as-tu pensé au prof qui doit rester pendant 3 heures pour ne voir que 4 parents de 3ème? Celui-là aussi mérite le réconfort d’un bon moelleux au chocolat – et d’une bière. Toute ressemblance avec des faits réels serait purement fortuite.

    J'aime

  16. grazia
    8 mai 2013 à 5 h 52 min

    le noix de coco????

    J'aime

  17. 8 mai 2013 à 3 h 51 min

    Waouh, quelle vision de cette réunion mais j’imagine que tu n’as pas tort…. Et du côté du prof (je le suis), c’est pas drôle non plus!!! On attend, parfois très longtemps le client, du coup, pour faire le prof « studieux » on corrige des copies, on se prend parfois de sales remarques (ah bin, je comprends pas, l’année dernière il avait des supers notes et avec VOUS, c’est la cata… ben wouais, y a des bons et des mauvais… profs….) Enfin, ds mon établissement, une seule réunion /an…
    Bon week-end, Prici

    J'aime

  18. 8 mai 2013 à 2 h 44 min

    Quelles expériences ! Vivement que Minipouce grandisse, j’ai hate de vivre tout ça 😉 !!
    Pour l’instant, je prends une part de moelleux, histoire d’accompagner mon mug de the !
    Des bisous Bella **

    J'aime

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :