Archive

Archive for the ‘5/ Plat unique’ Category

Risotto aux cèpes et potimarron

27 novembre 2020 Laisser un commentaire

Il nous aura fallu attendre novembre pour enfin trouver des cèpes, alors que mon article « Les cèpes sans perte » cartonne et nous enragions avec Namour de ne pas pouvoir en déguster des frais cette année.

Pendant les vacances de la Toussaint chez mon père, Namour avait triomphalement ramené des cèpes du marché d’Issoire et nous nous en étions mis une ventrée tout simplement poêlés avec un léger beurre d’ail, ils étaient magnifiques.

Après acheté mes trois kilos au marché de l’Isle Jourdain, une nouvelle recette s’imposait. Pour mon risotto, j’avais gardé les pieds précuits dans une boîte deux jours au réfrigérateur sans aucun problème.

Risotto aux cèpes et potimarron

  • 300 g de riz arborio
  • 200 g de cèpes
  • 1/2 potimarron 
  • 1 oignon
  • 450 g de bouillon
  • Muscade, paprika
  • Huile d’olive
  • 10 g de beurre d’ail
  • Sel, poivre

Préchauffer le four à 180°

  1. Peler, épépiner et couper en tranches épaisses la moitié du potimarron.
  2. Huiler légèrement et parsemer d’épices.
  3. Cuire 30 à 40 mn jusqu’à ce que les tranches soient tendres.
  4. Couper en cubes lorsqu’elles ont tiédies.
  5. Eplucher, laver et suer l’oignon dans un peu d’huile.
  6. Ajouter et nacrer le riz, arroser avec le bouillon.
  7. Porter à ébullition, couvrir et cuire 12 mn à feu doux.
  8. Laisser à couvert 10 mn, remuer et mélanger le potimarron, rectifier l’assaisonnement.
  9. Chauffer une poêle à feu vif, graisser très légèrement, sauter les pieds de cèpes.

Pâtes sauce citron, cèpes et légumes confits au four

22 novembre 2020 Laisser un commentaire

Tellement contente de trouver enfin des cèpes que j’en ai acheté un cageot entier, une affaire à quinze euros le kilo. Les recettes de la semaine étaient donc toutes sous le signe du cèpe… cèpes poêlés au beurre d’ail, omelette aux cèpes, risotto aux cèpes, pâte aux cèpes, vas-y le cèpe dans tout ses états !

Trois kilos, mine de rien ça en fait du cèpe, je les ai donc nettoyés et précuits façon « cèpes sans perte« , puis emballés à plat dans des sachets avant de les mettre au congélateur. Le vendeur m’avait indiqué de les sortir et de les cuire sans décongélation, merci monsieur, une astuce qui a parfaitement fonctionné.

Les pâtes au citron à l’italienne vues chez « Un déjeuner de soleil » m’avait semblé bien appétissantes, le froid et l’automne s’installant doucement même s’il fait encore doux pour la saison.

L’été indien se prolongeant largement, j’ai acheté les dernières belles tomates mais personne n’ayant envie de salade je les ai confites au four.

Les pâtes utilisées ici, sont des spaghettis au quinoa et à la tomate, d’où la couleur rouge mais bien sûr vous pouvez cuire des spaghettis classiques au blé.

Légumes confits au four

Préchauffer le four à 150°

  • 1 ou 2 tomates
  • 4 carottes
  • 1 aubergine
  • Huile d’olive à l’ail
  • Herbes de Provence
  • Sel, poivre
  1. Couper les tomates en quartier, disposer dans un plat allant au four, arroser d’huile d’olive à l’ail, parsemer d’herbes, de sel et de poivre..
  2. Couper une aubergine en tranches épaisses.
  3. Eplucher, laver et couper les carottes.
  4. Déposer sur une plaque, quadriller au couteau, assaisonner comme les tomates.
  5. Enfourner tous les légumes pour une heure.

Pâtes au citron

  • 300 g de pâtes (spaghettis)
  • 60 g de beurre
  • 2 citrons zestés
  • Le jus d’1 citron
  • 20 cl de crème légère
  • Fleur de sel
  • Poivre
  1. Faire bouillir de l’eau, jeter une cuillère à café de gros sel.
  2. Ajouter les pâtes et cuire al dente.
  3. Egoutter sommairement.
  4. Chauffer le beurre dans une grande poêle.
  5. Zester les citrons au-dessus de la poêle.
  6. Lorsque le beurre est mousseux, ajouter le jus de citron puis la crème.
  7. Saler, poivrer, ajouter les pâtes et mélanger pour enrober les pâtes.
  8. Servir accompagné des légumes.

Légumes farcis au four, contrôle technique et risotto aux poivrons

23 octobre 2020 2 commentaires

J’avais envie de satisfaire mon amie (et son compagnon) qui venait déjeuner dimanche en lui demandant ce qui lui ferait plaisir, vu qu’elle est en période sans alcool et nourriture légère et saine autant cuisiner un plat qui la rendrait heureuse.

Nous avions pris date il y a quinze jours de cela et bien nous en a pris de décider de nous voir un dimanche midi puisqu’ils sont à une heure de route, cela nous laissait le temps de refaire le monde autour d’un excellent vin choisi par ses soins « Domaine de Courbissac, Les Traverses, AOP Minervoi » et celui de rentrer avant le couvre feu.

Cerise sur le gâteau (qui était un pastis landais), son compagnon a regardé les petits problèmes de ma vieille voiture qui n’a pas eu 20/20 au dernier contrôle technique ce qui a failli me coûter cher en début de semaine quand je me suis faite contrôler par les CRS avec seulement sur moi ma carte de sécurité sociale mais sans permis, sans papier de la voiture et avec une contre visite de contrôle technique obsolète (un mois) et la « petite dame » roulait trop vite, en plus, la loose ou comment perdre une heure !

Vu de l’esprit pour la vitesse, monsieur l’agent CRS, je venais de prendre un rond point avec une voiture qui a vingt ans et je devais être à fond de seconde à 35km/h mais l’un des fonctionnaires devait militer pour les femmes aux fourneaux plutôt qu’au volant. Bref, on a appelé Namour à la rescousse pour avoir les papiers et prouvé que non je ne roulais pas sans permis, et qu’hormis un phare mal réglé et un clignotant de côté défectueux je n’étais pas une grande délinquante de la route. A mon avis, ils s’emmerdaient aux Izards, les choufeurs faisaient la sieste, le gérant était au frais et la came bien planquée dans les caves, la petite dame et sa voiture pourrie était parfaite pour passer le temps.

Tant mieux je les ai bien occupés à chercher mon nom d’épouse dans la base alors que mon permis est à mon nom de jeune fille, visiblement les fichiers ne sont pas si à jour que ça puisqu’ils ne m’ont pas trouvé mais ils m’ont détrompé, moi qui pensait que cela pourrait me dispenser de payer mes impôts.

Sinon pour les légumes farcis, il était temps puisqu’on est en toute fin de saison. J’ai réussi à choper les dernières aubergines, poivrons et tomates au magasin bio mais impossible de trouver des courgettes rondes, je me suis donc rabattue sur des longues, c’est moins joli mais ça marche aussi. J’aurais bien réalisé des oignons blancs mais je n’avais que deux heures pour faire le repas et pas envie de me farcir les oignons.

Légumes farcis au four

Pour 8 personnes

  • 2 courgettes longues (ou 8 petites courgettes rondes)
  • 8 petits poivrons
  • 4 petites aubergines
  • 8 tomates moyennes ou 4 grosses à couper en deux
  • 600 g de farce au porc
  • 300 g de jambon
  • 400 de veau
  • 3 oeufs
  • 4 tranches de pain de mie
  • 3 c à s de lait
  • 2 oignons
  • 4 gousses d’ail
  • 1 bouquet de persil
  • 1 bouquet de basilic
  • Chapelure
  • Sel, poivre, herbes de Provence

Les légumes

  1. Faire bouillir de l’eau salée, couper les courgettes en deux (dans la longueur), ébouillanter 10 mn.
  2. Egoutter et laisser tiédir. Couper en deux et évider à l’aide d’une petite cuillère. Réserver la chair.
  3. Couper la tête des poivrons et épépiner.
  4. Couper la tête des tomates et évider. Réserver la chair.
  5. Couper les aubergines en deux, évider. Réserver la chair.

 

La farce

  1. Couper la croûte du pain de mie, découper en morceaux et faire tremper dans le lait.
  2. Parer et hacher le veau et le jambon, et la chair à saucisse pour avoir la même texture.
  3. Eplucher, laver, ciseler les oignons, suer dans un peu de beurre.
  4. Ajouter les viandes, poivre et herbes de Provence, saler si nécessaire, cuire 5 mn.
  5. Hacher la chair des légumes (courgettes et aubergines) et ajouter ainsi que la chair des tomates et faire cuire avec la viande un petit quart d’heure.
  6. Ciseler le persil et le basilic.
  7. Laisser tiédir et repasser au hachoir en ajoutant, le pain de mie, l’ail, le persil et le basilic.
  8. Mélanger bien avec les oeufs, rectifier l’assaisonnement si nécessaire.

Finition et cuisson

Préchauffer le four à 180°

  1. Huiler un plat à gratin, parsemer de fleur de sel et de quelques grains de riz pour absorber l’excès d’humidité.
  2. Disposer les tomates et les courgettes évidées.
  3. Dans un autre plat, disposer aubergines et poivrons.
  4. Remplir tous les légumes de farce, tasser, ne pas hésiter à laisser un léger bombé.
  5. Parsemer de chapelure.
  6. Enfourner, cuire 1 h à 1 h 15. Inverser les plats en cours de cuisson pour dorer la chapelure.

 Risotto aux poivrons

  • 2 belles échalotes
  • Les couvercles des poivrons et des tomates
  • 15 g de beurre
  • 10 cl de vin blanc
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • 1 bouillon de cube « Pâtes et riz » ou autre
  • 50 cl d’eau
  • Poivre, piment d’Espelette
  1. Ciseler les couvercles des poivrons et des tomates et les échalotes.
  2. Suer le tout dans le beurre.
  3. Ajouter le riz et l’huile d’olive, nacrer.
  4. Ajouter le vin blanc, laisser absorber.
  5. Emietter le cube saveur et verser l’eau.
  6. Porter à ébullition, baisser la source de chaleur, couvrir, cuire 12 mn. 
  7. Laisser reposer 10 mn.

Joue de boeuf au vin rouge

2 octobre 2020 1 commentaire

Après une fondue bourguignonne au vin en lieu et place de la cuisson à huile, il reste entre 50 et 75 cl d’excellentes marinades au vin rouge.

Pas question de laisser perdre cette belle base aromatique et comme souvent c’est l’occasion qui fait le larron, ou l’étal du boucher qui donne l’idée à la cuisinière, impossible de laisser passer ces belles joues de boeuf que je n’avais même pas eu besoin de commander. Lire la suite…

Gaufres salées, courgette au cumin et filet mignon séché

20 juin 2020 1 commentaire

Soyons honnête, j’ai raté mon filet mignon séché au sel, justement parce que pour moi il y a trop de sel. Ce n’est pas si grave, si on ne peut pas le déguster à l’apéro comme c’était prévu, il fera l’affaire découper en fines lamelles en alternatives à des lardons et ce sera moins gras. Lire la suite…

Journal de bord du dé-confinement #75 & 76 – Pizza au chorizo et à l’aubergine

31 mai 2020 2 commentaires

Samedi 30 et Dimanche 31 mai 2020

Voilà 76 jours que je publie une recette tous les jours et donc que je cuisine, plutôt deux fois par jour, voir plus, pour la famille et depuis un mois pour l’association #PourEux afin de faire livrer des repas aux sans abris.

J’aurais bien aimé aller jusqu’à 90 jours mais entre les courses, le télétravail, la cuisine, la famille et quelques autres activités, le temps commence à me faire défaut et je cours après dés le réveil. Lire la suite…

Journal de bord du dé-confinement #72 – Rouleaux de printemps et mesures sanitaires revues à la Magritte

27 mai 2020 3 commentaires

Mercredi 27 mai 2020

Le ministère de la culture et de l’information ukrainien a fait paraître tout une série d’affiches pour faire respecter la sécurité sanitaire en reprenant des tableaux célèbres, je trouve le résultat très réussi, en voici une de Magritte.

Lire la suite…

Journal de bord du dé-confinement #70 Coronavirus – Sauté de veau pommes de terre et carottes et jets de masque


Lundi 25 mai 2020

Naturellement, et parce que j’aime ça, je prends en charge la confection des repas de l’idée, à la réalisation. Deux mois et demi plus tard, il m’arrive de m’épuiser et d’être, sinon à court d’idées du moins, avec l’envie de souffler. Lire la suite…

Journal de bord du dé-confinement #64 Coronavirus Recommandations – Risotto aux champignons et au romarin

Journal de bord du dé-confinement #57 Coronavirus – Chiles en nogada ou poivrons farcis mexicains

12 mai 2020 2 commentaires

Mardi 12 mai 2020

Alors voilà, on a des envies de voyage et à défaut de pouvoir prendre un avion et passer une frontière, on peut voyager facilement dans l’assiette et chez nous on aime ça.

Tout ça pour fêter la dernière autorisation de sortie de dimanche 10 mai 2020.

Souvenir !

Lire la suite…

%d blogueurs aiment cette page :