Accueil > 7/ Desserts, Cuisine > Baba au rhum à l’orange

Baba au rhum à l’orange

Savarin ou baba ?

Levure chimique pour l’un, levure de boulanger pour l’autre, encore une recette à controverse !

Pour d’autres, la composition des deux pâtes est identique mais dans la pâte à baba, on ajoute des raisins secs.

Ce qui met tout le monde d’accord, c’est que dans le baba au rhum on met de l’alcool et habituellement du rhum. Voui !

Les origines

Petits babas

Le roi Stanislas ayant rapporté d’un voyage une brioche sèche, son pâtissier – Nicolas Stohrer – l’arrosa de vin de Malaga et y ajouta de la crème pâtissière, des raisins secs et des raisins frais (et du safran ??). C’est au roi Stanislas, qui lisait alors Les Mille et une Nuits, que l’on devrait le nom de cette invention pâtissière. La dénomination complète – « Ali Baba » – apparaît dans Le Fantôme de la rue Royale pour désigner ces « délicates pâtisseries parfumées au safran, de Stohrer, pâtissier de la reine ». Une autre version indique cependant que ce serait le mot polonais baba – grand-mère dans le langage des enfants – qui aurait donné son nom au gâteau.

En 1725, Nicolas Stohrer a suivi la fille du roi de Pologne – Marie Leszczyńska – lors de son mariage avec Louis XV, mais en 1730, il quitte Versailles pour ouvrir une pâtisserie à Paris, rue Montorgueil. Il ne reste toutefois aucune trace de la boutique originelle. Le décor actuel, classé monument historique, date en effet de la seconde moitié du XIXe siècle. Quant au baba, c’est encore aujourd’hui l’une des spécialités de la maison Stohrer, mais – curieusement – la pâtisserie ne fait aucune référence à la série « Nicolas Le Floch », alors que la lecture des romans lui apporte de nouveaux clients.

Le mot « baba » est entré dans la langue française par le biais d’une lettre de Diderot à Sophie Volland, le 24 septembre 1767 :

« J’ai encore huitaine à passer ici [à Granval]. Priez Dieu que je ne meure pas d’indigestion. On nous apporte tous les jours de Champigny les plus furieuses et les plus perfides anguilles, et puis des petits melons d’Astracan, puis de la sauerkraut, et puis des perdrix aux choux, et puis des perdreaux à la crapaudine, et puis des baba [sic], et puis des pâtés, et puis des tourtes, et puis douze estomacs qu’il faudrait avoir, et puis un estomac où il faut mettre comme pour douze. Heureusement on boit en proportion, et tout passe. » (lettre CVI)

Grimod de La Reynière parle aussi du baba dans son Almanach des gourmands, en 1806, spécifiant qu’on utilise beaucoup de raisins de Corinthe « dans les babas, espèces de biscuit de Savoie au safran, que le roi de Pologne, Stanislas 1er, a fait connaître en France et dont les meilleurs se fabriquent à Paris, chez M. Rouget, pâtissier célèbre ». Il ne mentionne cependant pas le rhum.

En 1811, le Manuel de la cuisine ou l’art d’irriter la gueule (Metz, C.-M.-B. Antoine éditeur) indique à l’article “baba”qu’il s’agit d’un “gâteau à l’allemande” ou Kaisel-Koucke, c’est-à-dire d’une pâte levée cuite dans un moule, au beurre et aux œufs, garnie de raisins de Corinthe et aromatisée avec de l’eau de fleurs d’oranger (point de rhum ?). Ce gâteau est servi sec et sans safran.

En 1815, Carême – cuisinier de Talleyrand – l’évoque dans son Pâtissier Royal sous le nom de “baba polonais” et on en trouve une recette très complète dans le Dictionnaire Général de la Cuisine Francaise Ancienne et Moderne (cf. l’édition de Paris, Plon, 1853, p. 51), ironiquement « dédié à l’auteur des Mémoires de la marquise de Créquy », c’est-à-dire Courchamps, qui est vraisemblablement l’auteur de l’ouvrage. Cette recette mentionne des raisins de Corinthe, des raisins muscats, des raisins de Malaga, du cédrat confit, de l’angélique confite, du vin de Malaga et du safran. Elle indique en outre qu’il faut, pour trois livres de farine, vingt-deux œufs et deux livres de beurre. L’article se conclut ainsi :

« La vraie couleur du baba doit être rougeâtre : c’est la cuisson mâle ; mais elle n’est pas facile à saisir, parce que le safran, par sa teinte jaunâtre, porte à la couleur, et que le sucre et le vin d’Espagne y contribuent pour le moins autant de leur côté. C’est par ces raisons que cette cuisson réclame beaucoup de soins. Un quart d’heure de trop suffirait pour changer cette belle nuance pourprée en une teinte indécise et rembrunie.

Il paraît, quant à l’origine de ces gâteaux, que c’est véritablement le Roi Stanislas, beau-père de Louis XV, qui les a fait connaître en France. Chez les augustes descendants de ce bon roi, on fait toujours accompagner le service des babas par celui d’une saucière où l’on tient mélangé du vin de Malaga sucré avec une sixième partie d’eau distillée de tanaisie.

On a su par Madame la Comtesse Kisseleff, née Comtesse Potocka, et parente des Leckzinski, que le véritable baba polonais devrait se faire avec de la farine de seigle et du vin de Hongrie.

On voit quelquefois à Paris de petits babas qui ont été formés dans de petits moules ; mais alors ils se dessèchent trop aisément pour que nous puissions approuver cette méthode économique qui n’est usitée, du reste, que par les marchands pâtissiers. »

Des babas comme des cannelés

En fait, c’est en 1835 que le pâtissier parisien Stohrer, descendant du pâtissier polonais, remplace le malaga par du rhum pour imbiber les babas. Vers 1844, les frères Julien, autres pâtissiers parisiens renommés, inventent le savarin en s’inspirant de la recette du baba. Cuit dans un moule en forme de couronne, le savarin – ainsi nommé en hommage à Brillat-Savarin – ne contient pas de raisins mais il est trempé – et c’est là sa véritable originalité – dans un sirop fortement aromatisé au kirsch, à l’absinthe et à l’eau de rose. Le baba, d’abord trempé de rhum pur, sera quelques années plus tard lui aussi imbibé de sirop, aromatisé au rhum. (Source : site de J.F Parot, auteur de la série policière, Nicolas Le Floch).

Bébés savarins

On peut lire sur le site de la pâtisserie que Le BABA AU RHUM de Nicolas STOHRER a traversé les siècles sans modification.

Modifiée ou pas depuis le XVIII, j’ai trouvé la recette qui me convient, avec un sirop aromatisé au rhum parce que lui et moi c’est de la vieille histoire et sans crème parce que l’alcool se suffit à lui même avec juste une touche d’orange.

Après avoir lu la recette du savarin chez Carlines, elle m’a inspirée pour des babas, les premiers que j’avait testé étaient trop durs, trop briochés (au levain justement) et pas assez éponges. Nous avons là, pour notre goût, LA texture parfaite. Faisant fi du mépris de Courchamps, j’ai réalisé des babas dans des petits moules, je vous rassure aucun risque qu’ils ne se dessèchent, ils ont disparu à la vitesse de l’éclair pour des babas, c’est fort !

POUR UN MOULE À SAVARIN
ou DES MOULES À BABA (4 gros et une plaque de minis ou des moules à cannelés)

LE SAVARIN

Blanchir

  • 4 jaunes d’oeufs
  • 90 g de sucre

Ajouter

  • 50 g de beurre fondu
  • Les graines d’1/2 gousse de vanille
  • 130 g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1/2 c à c de bicarbonate
  • 2 c à s de lait
  • 1 c à s de rhum

Monter

  • les 4 blancs en neige, ajouter délicatement à la maryse à la préparation. Répartir dans vos moules.
Enfourner à four préchauffé, 180° (Th 6), cuire 20 à 25 mn.

LE SIROP

Faire réduire environ 20 mn pour obtenir un sirop :

  • 40 cl de jus d’orange
  • 120 g de sucre glace
  • 4 cl de rhum

Le nappage ne doit pas être trop épais et doit à peine napper la cuillère de façon à bien imprégner les gâteaux.

Napper de sirop à la sortie du four directement dans les moules. Procéder en plusieurs fois. Démouler lorsque les babas sont froids. Ne pas hésiter à refaire du sirop si le gâteau boit très vite et renouveler l’opération le lendemain. Le gâteau est meilleur préparé la veille.


Un cours sur le savarin, le baba, le sirop  ou de quoi en rester baba, ici


Publicités
Catégories :7/ Desserts, Cuisine
  1. Anonyme
    2 juillet 2012 à 20 h 51 min

    Salut j’ai fait ta recette pour l’anniversaire de mon fils et de ma maman,ta recette génial,trop bon.

    J'aime

    • 2 juillet 2012 à 21 h 20 min

      Oh, bon anniversaire à la famille et sincèrement ravie que cela vous ait plu. J’étais en quête d’un baba qui me convienne depuis un moment. Merci de m’avoir tenue au courant.

      J'aime

  2. 26 mars 2011 à 7 h 50 min

    alors là, je garde précieusement la recette!! avec cette petite touche d’orange!!fabuleux!, merci pour l’historique bien interressant,
    bises
    sicacoco

    J'aime

  3. 25 mars 2011 à 7 h 23 min

    Je craque devant ces babas couleur miel et suis éblouie par la richesse de leur histoire !
    Bien heureuse d’avoir été l’inspiratrice de cette recette, je te remercie de m’avoir si gentiment citée.
    Beau week-end et big bisous.

    J'aime

  4. 24 mars 2011 à 13 h 52 min

    Que d’infos, j’en reste baba.
    je vais en faire dans mes moules à cannelés.

    J'aime

  5. 24 mars 2011 à 1 h 47 min

    au bon goût d’orange cela doit être délicieux! bisous

    J'aime

  6. 23 mars 2011 à 18 h 32 min

    Très tentant ces babas joliment dorés 🙂 bize !

    J'aime

  7. 23 mars 2011 à 17 h 35 min

    Évidemment je reste… baba devant tes connaissances encyclopédiques sur le baba ! Je craque pour ceux en forme de cannelés. J’espère que cette fois tu as respecté tes propres proportions en ce qui concerne ….le rhum (oui je sais l’autre fois c’était la voisine !). Sinon, je prépare la pâte à crêpes et je t’attends avec ta confiture (s’il en reste). Bises, Françoise

    J'aime

  8. veb
    23 mars 2011 à 17 h 15 min

    Je peux juste dire, après toutes ses histoires, j’en reste baba par tant de science ! Dire que j’ai osé publier un baba mais sans ton intro, me reste plus qu’à refaire pour pouvoir m’imprégner tel un baba de tout ce passé glorieux de ce monument de gourmandise.
    Les frères TROISGROS Pierre et Jean tenaient un hôtel et des restau à Roanne, ils ont eu reçu en héritage de pa et man. Maintenant c’est le petit fils Michel et ils sont triplement étoilés depuis un bail, j’en suis fan de l’esprit. Tu as bien fait de me le remarquer je vais rajouter mon cri de fan à mon article. Biz bien cordiale

    J'aime

  9. 23 mars 2011 à 13 h 02 min

    Quelle culture babaïque!…..

    J'aime

  10. 23 mars 2011 à 11 h 20 min

    Dire que j’ai depuis des mois le bouquin d’Esterelle payany sur les babas et pas eu le temps encore de faire une seule recette. C’est une tres jolie gourmandise.

    J'aime

  11. 23 mars 2011 à 10 h 46 min

    je n’ai jamais fait de babas, bravo à toi.

    J'aime

  12. 23 mars 2011 à 8 h 20 min

    Ah… Que j’aime lire ces articles où l’on apprend des choses sur les desserts tout simples qui font partie de nos vies. Mais où est la cerise confite ?

    J'aime

  13. 23 mars 2011 à 5 h 55 min

    Trop drôle : j’ai un billet en préparation pour une recette de baba au limoncello ! c’est un de ceux que j’ai d’avance lorsque je n’ai pas le temps !
    Et bien les grands esprits se rencontrent : j’ai trouvé les mêmes info et avec une copine on a convenu d’aller tester ceux de chez Stohrer !
    Pas le temps d’écrire beaucoup aujourd’hui, mais je voulais te faire coucou et te souhaite une super semaine.
    Bises

    J'aime

  14. 23 mars 2011 à 5 h 55 min

    Tes baba au rhum dont superbes et donnent envie de les goûter !
    Très bonne journée sous le soleil en ce mercredi,
    Bisous, Doria

    J'aime

  15. 23 mars 2011 à 5 h 44 min

    En voila un post bien documente et exhaustif!!! Tu fais une these sur le sujet?!
    Originaire de Nancy, (avec le tres belle place Stanislas!) je n’ai appris que recemmente le role joue par le Roi Stanislas dans le baba!

    J'aime

  16. 23 mars 2011 à 4 h 46 min

    Ils sont tous mignons ces petits babas!

    J'aime

  17. 23 mars 2011 à 4 h 12 min

    Hum, ils ont l’air excellents, super ceux sous forme de cannelés!
    Bonne journée Prici

    J'aime

  18. 23 mars 2011 à 3 h 16 min

    Je n’aime pas le baba mais celui là me tente bien !!!!!!!!!! très b0n mercredi

    J'aime

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :