Archive

Posts Tagged ‘Cuisine’

Cèpes aux spaghettis de maïs, sauce au vermouth

17 novembre 2019 Laisser un commentaire

En Espagne à l’heure de prendre l’apéro on hésite entre Moscatel, sangria, bière et vermouth. Lorsqu’on va à la cave de Jalon on prend une bonbonne de vin dulce pour la sangria, une de moscatel et une de vermut, sans oublier l’huile d’olives dont la région est fertile.

Finalement, passé l’été et sans la mer et le soleil, on boit moins de tout ça et mine de rien deux litres de vermouth ça prend de la place dans le bas du frigo, alors il faut bien trouver quelques astuces pour l’écouler.

J’ai parcouru le marché dimanche au pas de course pour dégoter des cèpes. Il y en avait forcément, vu l’engouement pour mon article « nettoyer et cuire les cèpes sans pertes« , vous deviez en trouver tant et plus.

Il n’y en avait pas à foison mais trop contente de mon kilo de cèpes, j’avais envie d’une garniture un peu réconfortante et d’une petite sauce douce et onctueuse.

Cèpes aux spaghettis, sauce au vermouth

Pour 4 personnes

  • 500 g de cèpes
  • 250 g de spaghettis au maïs
  • 1 échalotte
  • 10 g de beurre
  • 5 cl de vin blanc
  • 5 cl d’eau
  • 1 c à c de fond de volaille
  • 10 cl de vermouth
  • 20 cl de crème légère (12%)
  • Poivre, persil
  1. Nettoyer et cuire les cèpes
  2. Eplucher et ciseler finement l’échalote, dans une casserole suer dans le beurre.
  3. Ajouter le vin blanc, faire réduire. Mélanger le fond et l’eau, ajouter et réduire.
  4. Ajouter le vermouth et laisser réduire de trois quart. Verser la crème, mélanger, amener à petits bouillons quelques secondes.
  5. Cuire les pâtes, égoutter.
  6. Servir, arroser de sauce et garnir de cèpes.

Tofu à la sauce piquante

8 novembre 2019 Laisser un commentaire

Je m’étais acheté du tofu à Paris Store pour me faire une salade composée avec des haricots mungo pour mon bento du midi.

N’ayant pas trouvé de haricots dans mon quartier et ne voulant pas retourner au magasin asiatique exprès, il fallait bien trouver une autre recette. J’ai puisé l’inspiration sur le site « Goûts de chine« .

Evidemment ceux qui mangent du tofu en guise de protéines et en alternative à la viande ne sont pas à la fête avec cette recette mais elle peut, bien sûr, être supprimée. Par contre, c’est un bon moyen de faire manger du tofu au récalcitrant et croyez-moi ils vont même en reprendre.

Tofu à la sauce piquante

  • 350 g de tofu tendre
  • 200 g de steak haché
  • 2 cm de gingembre
  • 2 gousses d’ail
  • 1 c à s de sauce soja
  • 1 c à s de sauce soja noire
  • 1 c à c de sucre brun
  • 1/2 c à c de piment en paillettes
  • 12 cl d’eau
  • 1 c à s de fécule de maïs
  • 1 c à c d’huile
  1. Hacher le gingembre, l’ail et le piment, mélanger au steak.
  2. Cuire avec l’huile dans une poêle chaude en émiettant la viande.
  3. Ajouter les sauces et le sucre quand la viande commence à blanchir, mélanger.
  4. Ajouter le tofu, mélanger délicatement cuire quelques minutes.
  5. Diluer la fécule, dans un peu d’eau froide. Verser. Mélanger, cuire une minute.

Servir avec des nouilles de riz, des petits légumes ou du riz.

Catégories :3/ Plats de viande, Boeuf, Cuisine

Pommes de terre croustillantes-fondantes au four, de FilsAuLoin

1 novembre 2019 1 commentaire

FilsAuLoin vient de m’envoyer une recette de pommes de terre sur laquelle il ne tarissait pas d’éloges.

A voir comme ça, on dirait des pommes de terre grillées au four, c’est pas faux ! Mais qu’est ce t’as pas compris dans la recette ? Koua ? il faut d’abord effectuer une première cuisson des pommes de terre à l’eau bouillante ?

Et oui ! La première cuisson va à l’encontre du principe de cuisson énoncé en cuisine française et appris au CAP : pour les féculents, on démarre la cuisson à l’eau froide et sans sel.

Alors on se fait violence, on oublie la chimie de la température et de l’amidon et on suit la recette à la lettre… et on obtient des pommes de terre grillées, craquantes, croustillantes à l’extérieur et délicieusement fondantes à l’intérieur. Sublimes !

Pommes de terre crousti-fondantes

Préchauffer le four à 240°

  • 1 kg de pommes de terre moyennes
  • 2 c à c de sel
  • 1 c à c de bicarbonate de soude
  • 1 c à s d’herbes de Provence
  • 3 c à s d’huile
  • Sel, Poivre
  1. Eplucher, couper en gros cubes (en 12), déposer dans un saladier d’eau froide. Rincer.
  2. Faire bouillir 1 litre d’eau, ajouter sel et bicarbonate et les pommes de terre.
  3. Cuire jusqu’à ce que l’extérieur soit légèrement « mâché » et le coeur encore ferme.
  4. Egoutter, mélanger très délicatement avec les herbes et l’huile, saler, poivrer.
  5. Etaler sur une plaque de cuisson anti-adhésive, enfourner pour 20 mn.
  6. Retourner les pommes de terre, poursuivre la cuisson 30 mn.

Catégories :Accompagnements, Cuisine

Pak Choï, chou asiatique sauté au gingembre et au Saté

12 octobre 2019 1 commentaire

Avec cette recette, vous êtes directement en Asie, que des ingrédients assez simples et faciles à se procurer. Si vous n’aimez pas quand ça pique, supprimer le piment, si vous ne cuisinez pas souvent des plats asiatiques oubliez la sauce de soja noire, facile.

Le pak choï réduit moins à la cuisson que le chou chinois que l’on peut très bien utiliser également pour cette recette.

D’autres légumes feront également l’affaire, courgettes, aubergines, chou blanc, haricots plats… ce qu’on veut.

A vos woks !

Pak choï sauté au gingembre et au saté

  • 4 pak choï
  • 3 cm de gingembre
  • 4 gousses d’ail
  • 1 piment oiseau
  • 2 c à s de sauce soja
  • 1 c à s de sauce soja noire
  • 2 c à s de saté japonais
  • 1 c à s de maïzena
  • 1 c à s d’huile de sésame
  • Graines de sésame
  • Ciboulette
  1. Laver, couper en quatre et laver une nouvelle fois les choux.
  2. Ciseler le gingembre épluché et hacher grossièrement l’ail et le piment.
  3. Chauffer l’huile dans un wok, ajouter gingembre et ail et remuer 1 mn.
  4. Ajouter le pak choï, mélanger et mouiller avec les sauces et le saté.
  5. Cuire jusqu’à ce que le chou soit tendre mais reste croquant en mélangeant très souvent (5 à 7 mn).
  6. Mélanger la maïzena avec un peu d’eau, verser dans le wok, mélanger pour enrober les feuilles.

Servir avec graines de sésame et ciboulette.

Accompagner de riz, de poulet ou de côte de porc.

Catégories :Accompagnements, Cuisine

Soupe indonésienne aux nouilles et au poulet (SOTO AYAM)

21 septembre 2019 2 commentaires

La pâte d’épices et le bouillon maison, vous m’en direz des nouvelles. Il restera du bouillon, le mettre dans une bouteille et le congeler, il servira plus tard pour une autre préparation.

Il y a pas mal d’ingrédients, mais une fois que tout est haché, coupé, ciselé ce n’est pas si long et incomparablement meilleur qu’une soupe en sachet.

On ne voit pas le bouillon sur les photos, il finissait de chauffer. On en verse plus ou moins selon qu’on souhaite plus ou moins liquide.

Soupe indonésienne aux nouilles et au poulet (SOTO AYAM)

Pour 4 personnes

BOUILLON DE POULET

  • 1 c à s d’huile végétale
  • 6 hauts de cuisse de poulet
  • 1 tige de citronnelle pilée
  • 2 échalotes 
  • 3 tranches de gingembre frais
  • 3 feuilles de citronnelle
  • 2 litres d’eau
  1. Chauffer l’huile à feu vif.
  2. Saler les filets de poulet et saisir 2-3 minutes de chaque côté.
  3. Ajouter le reste des ingrédients puis l’eau.
  4. Porter à ébullition, puis réduire le feu et cuire pendant 45 minutes en écumant la surface de temps en temps.
  5. Retirer les morceaux de poulet du bouillon de poulet et réserver.
  6. Filtrer le bouillon et réserver.
  7. Lorsque le poulet est froid, hacher grossièrement.

PÂTES D’ÉPICES

  • 1 tige de citronnelle, partie pâle seulement, hachée finement
  • 6 petites échalotes asiatiques rouges hachées grossièrement
  • 4 gousses d’ail hachées grossièrement
  • 1 c à c de curcuma
  • 3 cm de gingembre, pelé et haché grossièrement
  • 2 c à c de coriandre moulue
  • 1 c à c de cumin moulu
  • 1/2 c à c de sel
  1. Mixer les ingrédients jusqu’à consistance lisse.
  2. Ajouter quelques cuillerées à soupe de bouillon de poulet si nécessaire.

LA SOUPE

  • 1 c à s d’huile végétale
  • 250 ml de lait de coco
  • 1 c à s de jus de citron vert
  • 200 g de vermicelles de riz frais
  • Feuilles de coriandre pour servir
  • Quartiers de citron vert pour servir
  • Sel
  1. Chauffer l’huile végétale dans une grande casserole à feu moyen-vif.
  2. Ajouter la pâte à épices
  3. Cuire en remuant jusqu’à ce que le parfum se dégage (env. 1 mn).
  4. Incorporer le lait de coco et laisser mijoter 2 mn.
  5. Mélanger 1 litre de bouillon de poulet et laisser mijoter encore 2 minutes.
  6. Ajouter ensuite le jus de citron vert, saler si nécessaire.

FINITION

  1. Tremper les vermicelles dans de l’eau chaude pendant 3 à 4 minutes ou jusqu’à tendreté. 
  2. Égoutter et répartir dans des bols de service.
  3. Garnir de poulet.
  4. Verser des louches de soupe.
  5. Garnir de feuilles de coriandre et d’un quartier de citron.

Labneh libanais

2 septembre 2019 1 commentaire

A Saint Pierre et Miquelon, je faisais pas mal de préparation à base de lait ou de crème, des yaourts bien sûr mais aussi du mascarpone,  mais pas de labneh puisque la base est constituée de yaourts et que leur prix était prohibitif. En métropole on trouve facilement des yaourts à la grecque ou de brebis, ces derniers étant une belle alternative pour les intolérants au lactose.

J’avais réalisé un Dukkah (originaire d’Égypte : mélange de fruits secs et d’épices) en début d’été pour saupoudrer un peu partout, grillades et salades en modifiant un peu la recette originale qui ne contient pas d’amandes.

Invitée chez des amis, sur le principe de l’auberge espagnole, mais n’ayant que peu de temps pour cuisiner, un labneh préparé la veille accompagné de gressins (des pitas auraient été plus authentiques) a remporté un franc succés.

Labneh libanais

LE DUKKAH

  • 150 g d’amandes
  • 60 g de noisettes émondées
  • 50 g de graines de sésame
  • 2 c à s de graines de coriandre
  • 2 c à s de graines de cumin
  • 2 c à c de paprika moulu
  • 1/2 c à c de grains de poivre noir
  • 1/2 c à c de fleur de sel
  1. Torréfier amandes et noisettes dans une poêle, lorsqu’elles commencent à peine à colorer ajouter graines de sésame, de coriandre et de cumin, réserver dés que les épices dégagent une bonne odeur.
  2. Piler les grains de poivre.
  3. Après refroidissement, ajouter les fruits secs et concasser grossièrement.
  4. Mélanger avec le paprika et la fleur de sel.

LE LABNEH

  • 4 yaourts de brebis ou grecs
  • 1 pincée de fleur de sel
  • Huile d’olive
  • Dukkah (Zataar, Nepita* ou thym, menthe et pistaches)
  • Gressins
  1. Placer une passoire au dessus d’un saladier ou d’une casserole, étaler un carré de gaze.
  2. Mélanger les yaourts avec le sel. Verser dans la gaze.
  3. Fermer en serrant avec une pince et placer au frais : 6 heures pour un labneh crémeux, 12 heures pour un labneh ferme, 24 h pour les yaourts à la grecque.
  4. Verser le labneh dans une assiette creuse.
  5. Arroser d’huile d’olive et saupoudrer de dukkah (ou des épices de votre choix).
  6. Déguster avec des gressins, des pitas ou encore des bâtonnets de légumes.

* Originaire du maquis corse : La Nepita (ou Calament Nepita, prononcez Nebida) est une plante aromatique  dont l’odeur mentholée et poivrée se rapproche de l’origan et de la menthe poivrée. Ses arômes sont frais et légèrement piquants.

Catégories :1/ Apéritifs, Cuisine, Epices

Migliaccio (gâteau napolitain à la semoule et à la Ricotta)

3 août 2019 2 commentaires

J’ai vu la recette chez « Les Gourmandises d’Isa » et dés qu’il s’agit de semoule assorti de Ricotta, ce dessert pourtant simple devient pour moi irrésistible. L’attrait est encore plus grand parce que c’est un dessert napolitain que je ne connaissais pas.

Un peu effarée par la quantité de sucre utilisé chez Isa et intriguée par la recette, je suis allée chez « Un déjeuner de Soleil« . Edda nous explique que c’est un dessert simple avec une texture de flan et, en effet, c’est très agréable et léger, on sent à peine la texture de la semoule.

J’ai donc réduit la quantité de sucre mais gardé la façon de faire d’Isa en fouettant longuement les oeufs et le sucre pour un résultat plus léger et mousseux. Mais on peut simplifier en ajoutant et en fouettant un à un les oeufs à la semoule cuite.

Bien sûr, dans cette recette italienne on aromatise avec un zeste de citron ou d’orange ou encore au lemoncello, n’ayant rien de tout ça lorsque l’envie m’a pris j’ai parfumé à la fleur d’oranger.

Migliacco ou gâteau à la semoule et à la Ricotta

  • 1 litre de lait
  • 40 g de beurre
  • 160 g de semoule fine
  • 4 oeufs
  • 150 g de sucre
  • 250 g de ricotta
  • 1 c à c de vanille liquide
  • 5 c à s de fleur d’oranger

Sans thermomix

  1. Verser le lait dans une casserole, porter à petite ébullition.
  2. Verser la semoule en pluie et tourner à la spatule en faisant des huit jusqu’à cuisson complète (5/6 mn).
  3. Ajouter la Ricotta, mélanger et laisser tiédir.

Au thermomix

  1. Verser le lait, programmer 10 mn à 100° vit. 2.
  2. Insérer le fouet, verser et peser la semoule, continuer la cuisson à 100° pendant 5 mn vit. 2.
  3. Ajouter la Ricotta, mélanger et laisser tiédir.

Préchauffer le four à 170°

  1. Au batteur, blanchir les oeufs et le sucre jusqu’à ce la préparation triple de volume.
  2. Mélanger en plusieurs fois les deux préparations en ajoutant la vanille et la fleur d’oranger.
  3. Chemiser un moule à manquer, verser la préparation, enfourner, cuire environ 40 mn.

Lire la suite…

Catégories :7/ Desserts, Cuisine
%d blogueurs aiment cette page :