Archive

Posts Tagged ‘Rapide’

Cake salé chèvre, olives, saucisses et d’autres…

30 juillet 2021 Laisser un commentaire

Je ne suis pas fan de cake salé et j’en prépare assez rarement, je trouve ça assez pouf pouf et l’idée me paraît trop simpliste. Pourtant, je conserve cette recette de base dans un petit carnet qui date du temps d’avant internet… bien avant.

S’il m’arrive d’en faire un, souvent parce qu’il me reste des ingrédients à utiliser et que, soit je n’ai pas de pâte toute prête pour faire une tarte, soit j’ai trop la flemme ou pas le temps pour en cuisiner une, alors tiens pourquoi pas un cake ? Avec ça, les variations sont infinies.

Et chaque fois, je me dis que je pourrais en servir plus souvent parce que finalement cela s’avère plutôt léger et agréable accompagné d’une salade.

En bonus, il peut faire au moins deux repas et/ou être emporté dans la lunch box ou en pique nique en famille ou entre copains ; à la rigueur pour un barbecue, mais pas plus, faut pas charrier quand même.

Cake salé

  • 200 g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 3 œufs
  • 8 cl de vin blanc sec
  • 8 cl d’huile d’olive
  • 150 g de saucisses
  • 200 g de chèvre (Bûche)
  • 100 g d’olives noires (ou vertes) dénoyautées
  • Herbes séchées (romarin, herbes de Provence, basilic…)
  • Poivre

Variante

  • 200 g de lardons
  • 1 oignon
  • 150 g d’olives vertes (ou noires) dénoyautées
  • 100 g de cancoillotte ou de fromage râpé
  • La cancoillotte étant liquide on peut augmenter un peu la quantité de farine

Garder les cinq premiers ingrédients, suer l’oignon avec les lardons.

Ou encore(

  • Chèvre frais
  • Courgette
  • Pesto

Préchauffez le four à 160°

  1. Mélanger farine et levure chimique.
  2. Battre les œufs, l’huile d’olive et le vin blanc.
  3. Verser la farine petit à petit, battre jusqu’à ce que le mélange soit homogène.
  4. Ajouter les saucisses, le chèvre et les olives, le tout préalablement coupé en petits bouts.
  5. Assaisonner avec les aromates et le poivre, rectifier en sel si besoin.
  6. Chemiser un moule (beurrer et fariner), verser la pâte. Laisser reposer 30 mn.
  7. Enfourner et cuire 45 mn.
  8. Vérifier la cuisson une lame de couteau doit ressortir propre.
  9. Laisser tiédir dans le moule pendant 15 minutes, démouler.

Le cake au lardons souffre d’un léger manque de cuisson, une mauvaise vérification à 40 mn, lame de couteau pas tout à fait nette.

Dip ou tartinade d’olives et frites de polenta

16 juillet 2021 Laisser un commentaire

L’été c’est apéro, bon l’hiver également mais on ne présente pas les mêmes petits plats. A l’occasion de l’Euro, la France s’étant fait éliminer en 8ème de finale, nous n’avions plus d’occasion de nous réunir pour les voir jouer et rendre hommage à l’équipe adverse en préparant des spécialités de leur pays (ça c’est la partie qui m’intéresse, parce que le reste hein !).

Pour le plaisir d’être ensemble, nous avions décidé de regarder ensemble le match Espagne/Italie. Entre les deux mon coeur balance, il n’était pas facile de choisir une des deux cuisine, j’ai donc décidé de faire un mix sous la forme de d’un « tapasti » (contraction de « tapas » et « antipasti »).

J’avais repéré la tartinade d’olives chez « un déjeuner de soleil« , je m’en suis donc largement inspiré pour réaliser mon dip et je lui ai également emprunté l’idée des croquettes de polenta, parce que lorsqu’il s’agit de préparer des mets italiens vous pouvez piocher des recettes chez elle les yeux fermés (lire la recette d’un oeil tout de même).

Le menu se composait donc de :

  • Focaccia
  • Poivrons marinés à l’ail (à tartiner avec de la Ricotta)
  • Olives d’Espagne
  • Jambon (d’Auvergne j’avoue)
  • Tomate, mozarella, basilic
  • Frites de polenta aux cèpes

Dip ou tartinade d’olives

  • 100 g d’olives vertes
  • 100 g d’olives noires à la grecque
  • 2 c à s de câpres
  • 150 g de yaourt grec
  • 1 c à s d’huile à la truffe
  • 2 ou 3 fonds d’artichaut (ou coeurs)
  • 2 c à s d’ail et persil hachés
  • 2 c à s de graines mélangées (tournesol, lin, pignon…)
  • Poivre
  1. Rincer et égoutter les olives et les câpres.
  2. Eplucher l’ail.
  3. Mixer tous les ingrédients, incorporer et bien mélanger avec le yaourt en dernier.
  4. Rectifier l’assaisonnement (sans sel ajouté ici).

Frites de polenta

De frites, il ne reste que la forme puisque nous n’avons ici pas de patate ni de fritures mais ces frites vont réconcilier ceux qui n’apprécient la polenta que modérément mais déplaire à ceux qui n’aiment pas les cèpes, on ne peut pas plaire à tous, par contre ceux qui ont aimé ne pouvaient plus s’arrêter de piocher dans la pile.

  • 200 g de polenta
  • 70 à 80 cl de bouillon (fond de volaille + eau des cèpes)
  • 1 oignon
  • Une poignée de cèpes secs à réhydrater 1 à 2 heures avant.
  • 50 g de tomates séchées
  • Epices (mélange italien)
  • Poivre (sel si besoin)
  • Huile d’olive

A faire la veille pour que la polenta soit bien sèche.

  1. Réhydrater les champignons, égoutter, garder l’eau de végétation. Ciseler.
  2. Eplucher, laver, ciseler l’oignon et suer dans un peu d’huile d’olive.
  3. Ciseler les tomates séchées, ajouter les cèpes et les tomates.
  4. Dans la même casserole, porter le bouillon à ébullition.
  5. Verser la polenta en pluie.
  6. Mélanger rapidement et baisser le feu.
  7. Cuire, le temps indiqué sur le paquet, sans cesser de mélanger.
  8. Verser dans un moule carré ou rectangulaire tapissé de papier cuisson (sur 2 cm d’épaisseur environ).
  9. Laisser refroidir, filmer au contact, réserver au frais jusqu’au lendemain (ou minimum 6 heures).
  10. Couper des bandes de polenta dans la longueur du plat puis recouper en trois.
  11. Chauffer un fond d’huile dans une poêle anti-adhésive.
  12. Faire dorer de tous les côtés, attendre qu’ils se détachent du fond avant de retourner.
  13. Déposer sur du papier absorbant.
  14. Servir chaud ou froid. Ici à température ambiante et délicieux avec poivrons et tomates.
Catégories :1/ Apéritifs, Cuisine

Oeufs cocotte

18 juin 2021 Laisser un commentaire

De très bons œufs de la ferme et de jolis ramequins, il n’en fallait pas plus pour donner l’envie de faire un œuf cocotte. Dans le garde manger, nous avions également une botte d’asperges qui ne demandait qu’à être transformé en velouté et les pointes sautées au beurre.

Je n’ai noté et photographié que l’œuf cocotte parce que c’est mon premier sur le blog. Dans l’ensemble je cuisine peu les œufs hormis lorsqu’ils entrent dans la composition d’une recette telle que tarte salée ou sucrée, et autres. Tout ça parce que longtemps on nous a fait croire que l’œuf augmentait le taux de cholestérol, je m’en suis privée pendant des années. A cela est venu s’ajouter l’intolérance de JaimeTout, donc Exit les œufs.

Ce qui est plaisant dans l’œuf cocotte c’est la créativité qu’il permet. C’est fou tout ce qu’on peut mettre dans ce petit ramequin pour un résultat aussi varié que savoureux.

Imaginez, laissez libre cours à l’imagination, l’envie ou les fonds de placard, avec l’œuf tout est bon. De la recette basique, comme celle-ci, à d’autres plus sophistiquées ou même avec des restes de ratatouille, de légumes, de viandes émincées, de lard, de foie gras, de champignons, d’oignons confits, d’herbes fraiches, d’épices… il n’y a aucune limite.

Les fondamentaux

  • Un ramequin assez haut
  • Un chemisage égal sur toute la surface.
  • Un bain marie
  • Un temps de cuisson maîtrisé

Oeufs cocotte

Pour 4 personnes

  • 4 œufs bien frais bio
  • 6 tomates séchées
  • 4 c à c de pistou
  • Jambon d’Auvergne (facultatif)
  • 20 cl de crème liquide légère
  • Comté râpé
  • Beurre
  • Épices, sel, poivre

Préchauffer le four à 200°

  1. Beurrer généreusement les ramequins.
  2. Déposer une fine couche de crème, assaisonner.
  3. Casser l’œuf, le faire glisser doucement dans le ramequin.
  4. Recouvrir avec les tomates séchées et le jambon ciselés.
  5. Verser le pistou, assaisonner à votre goût.
  6. Répartir la crème liquide et parsemer de fromage.
  7. Enfourner, cuire 10 mn.
  8. Servir et déguster aussitôt.

 

Catégories :2/ Entrées, Crèmes, Cuisine

Curry de pois chiche, achards de légumes indien

7 mai 2021 3 commentaires

Après un couscous, il me restait une belle quantité de pois chiche. J’aurais pu en faire un houmous ou une salade épicée mais comme je les avais réchauffés avec le jus des légumes j’ai préféré en faire un curry.

Il faut dire que le couscous était pour ma princesse indienne à qui j’avais dédiée cette brioche à effeuiller et elle est arrivée avec un pot d’achards de légumes préparés par sa maman, une tuerie !

J’ai eu la chance d’avoir la recette des achards de citrons et je suis en train de quémander celle-ci. Mais les recettes familiales sont plutôt secrètes dans cette royale famille. En effet, la légende veut que si une mère transmet la recette à sa fille de son vivant, dès que cette dernière réussit la préparation à la perfection, la mère perdra la main et ratera le plat.

Comme je n’ai rien d’une princesse ni d’une indienne, s’il te plait MamanDePrincesse, donne moi la recette !

Pour l’instant il n’y a pas péril, j’ai collé le pot tout au fond du frigo, histoire que mes gourmands ne le voient pas trop et je le mange sous le manteau, c’est mal, mais c’est trop bon !

Sinon, pour les achards, on en trouve dans les magasins exotiques ou après une longue fouille la recette sur « Cuisine & mets » me paraît plutôt pas mal.

Curry de pois chiche

Pour 4 personnes

  • 1 boite de pois chiche (550g)
  • 1 gros oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 1 boite de lait de coco (40 cl)
  • 1 c à s de pâte de curry (ou poudre)
  • 1 c à c de gingembre
  • 1/2 c à c de piment
  • Huile d’olive
  • Sel, Poivre
  • 250 g de riz Basmati
  1. Eplucher, laver, ciseler l’oignon.
  2. Suer dans une casserole ou un wok avec un peu d’huile.
  3. Eplucher, hacher l’ail, ajouter dans la casserole.
  4. Ajouter les épices et le lait de coco, mélanger.
  5. Cuire à petits frémissements, le lait de coco épaissit un peu.
  6. Verser les pois chiche, réchauffer doucement, rectifier l’assaisonnement.

Servir avec le riz Basmati et les achards de légumes.

Epinards frais et pommes de terre, gratin à la mozzarella

9 avril 2021 Laisser un commentaire

Après avoir trouvé des épinards frais, j’étais partie sur une cream soup aux épinards, les deux boules de mozzarella esseulées depuis trop longtemps au réfrigérateur ont changé la donne. 

Pas question de gaspiller, après ouverture elles étaient encore parfaites, odeur, texture et goût, la tomate mozza n’étant pas encore au goût du jour, en gratin sur les épinards voilà qui serait parfait et une belle alternative à la spanakopita

Pour le gratin, un autre fromage un peu plus fort peut faire l’affaire, au choix Saint Nectaire, comté, reblochon…

Epinards, pommes de terre, gratinés à la mozzarella

Poêle allant au four si possible

  • 400 g d’épinards frais
  • 4 grosses pommes de terre
  • 1 oignon
  • 10 g de beurre
  • 2 boules de mozzarella
  • 15 cl de fond de volaille
  • 3 ou 4 tranches fines de jambon de pays (ou lardons)
  • Herbes de Provence ou Epices Cajun
  • Sel, poivre

Préchauffer le four à 180°

  1. Peler, couper en cubes et cuire les pommes de terre à l’eau al dente.
  2. Laver les feuilles d’épinards, plier en deux et couper les côtes.
  3. Eplucher, laver, ciseler et suer l’oignon dans le beurre.
  4. Egoutter les pommes de terre et sauter quelques minutes avec les oignons.
  5. Déglacer avec le fond de volaille. Assaisonner.
  6. Couper grossièrement les feuilles d’épinards, les faire tomber dans la poêle.
  7. Couper finement le jambon et mélanger au reste.
  8. Transvaser dans un plat beurré allant au four si la poêle n’est pas adaptée.
  9. Découper la mozzarella en lamelles. Répartir dans la poêle.
  10. Enfourner et gratiner 10 mn au four.
Catégories :5/ Plat unique, Cuisine

Comment préparer les couteaux, coquillages

12 mars 2021 Laisser un commentaire

Si j’ai un jour mangé des couteaux je ne m’en souviens plus, comme c’est quand même particulier et pas si facile à trouver, je pencherais pour jamais.

Alors comment résister en allant au ravitaillement lors d’un week-end à Gruissan à ces fagots en filet de couteaux. Lire la suite…

Endives braisées aux graines


L’endive, le chicon du nord, c’est quand même bien le plat d’hiver par excellence même si son petit goût amer ne fait pas l’unanimité. Pour en atténuer le goût, après avoir coupé le bout du pied, on l’évide de façon conique en tenant fermement l’endive dans une main et en tournant la pointe du couteau autour du « trognon » blanc. Lire la suite…

Catégories :Accompagnements, Cuisine

Achards de citron à l’indienne

29 janvier 2021 2 commentaires

Souvenez-vous cette recette pour ma prof de danse préférée « Brioche à effeuiller à l’indienne ». Elle était notre professeure à Mayotte et donnait des cours à JaimeTout et à moi, il y a… oh là là c’est si loin, 14 ans déjà !

Depuis j’ai arrêté la danse, en rentrant en France je n’avais pas le temps, pas trouvé de cours qui me convenait et puis la santé, c’est plus ce que c’était ma pôve dame ! Lire la suite…

Porc mariné au curry, et aux légumes, facile

22 janvier 2021 Laisser un commentaire

Je dis facile parce que j’ai utilisé une base du curry toute prête, la « mild curry past » de la marque « Patak’s ». Je me sers rarement de sauce toute prête mais j’aime bien cette marque qui relève un plat quand on n’a pas le temps de faire son mélange soi-même.

Lire la suite…

Filet de sabre à la feuille de nori

12 décembre 2020 Laisser un commentaire

Quand je vois du sabre, j’ai envie de le rouler, j’y peux rien, c’est plus fort que moi. La chair du sabre est fine et ne supporte pas le dessèchement, c’est donc une bonne façon de le cuire pour avoir un poisson bien nacré avec le goût soutenu par la feuille de nori.

Après, nous sommes d’accord, c’est juste une recette de feignasse mais plutôt joli, à accompagner avec une purée ou des petits légumes cuits au four. Avant les fêtes, de quoi se faire plaisir sans complexe. Lire la suite…

%d blogueurs aiment cette page :